Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ALICE ET MARTIN
d’André Téchiné
Par Sophie HAUBOIS

SYNOPSIS : Martin, la vingtaine, fuit en courant le domicile familial provincial suite à un incident. Après une errance de plusieurs semaines dans la nature du Sud-Ouest de la France, il rejoint Paris où habite son demi-frère Benjamin. Mais à la place, c’est Alice, la colocataire violonniste de son frère qu’il trouve à l’appartement. Martin est perdu, égaré, et en même temps qu’on lui propose de poser pour des photos de mode, il se prend de passion pour Alice, 10 ans deplus que lui. La jeune femme finit par lui céder et se donner toute entière à cet amour mais Martin se replie peu à peu sur lui-même, hanté et torturé par un tragique secret qu’Alice va finir par percer.



BONUS & FIN:LA RECONSTITUTION DU PUZZLE

Après avoir vu Alice&Martin, on reste imprégné d’une « drôle d’impression », la sensation étrange de ne pas posséder le film dans sa globalité, d’en garder, déjà, le souvenir d’éléments disparates ; et c’est peut-être la désagréable perception de ne pas maîtriser le film qui n’a pas plu à certains lors de sa sortie. Sans parler de genre, Téchiné emprunte à divers styles et semble se disperser à vouloir traiter en profondeur trop de thèmes à la fois. On se retrouve donc devant un film à la structure non homogène, panachée mais somme toute assez convenue. Ainsi, à l’image du récit lui-même, dont on rassemble les évènements survenus dans la vie de Martin petit à petit, le montage édifie à partir de différentes formes filmées, un patchwork des thèmes abordés. Et c’est ce ton irrégulier qui fait tout le charme du film, mais qui peut, pour certains, constituer une faiblesse et une difficulté à le digérer.
Les deux grands mouvements du film correspondent chacun à un sujet traité en fond :
- la montée à Paris de Martin le jeune provincial sert de toile de fond à une satire sociale opposant les artistes en galère au jeune arriviste dans la mode, à qui tout réussit.
- la « descente » d’Alice dans le sud-ouest de la France complète l’ébauche, déjà commencée au début du film, d’une peinture de la société bourgeoise existant encore en province, à l’instar d’un roman champêtre.

Sur ces deux couches d’arrière-plan, viennent se greffer : le drame psychologique entre culpabilité, responsabilité et folie que vit Martin à la suite de son acte criminel ; une histoire faite de désir, d’attente et d’amour, celle d’Alice et Martin, bien sûr ; mais aussi les relations complexes d’amour- amitié et de fraternité au sein du trio téchinien. Et ce qui rend particulièrement inhomogène la manière dont c’est filmé, c’est ce balancement entre réalité brute, réminiscence et poésie.