Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DOSSIER

LE CINEMA ALLEMAND AUJOURD’HUI


Montag, Ping Pong, La Vie des autres... En quelques mois, ce n’est pas tout à fait une déferlante de films allemands sur nos écrans, mais ils sont assez nombreux pour que l’on remarque le revival d’un cinéma qui n’avait pas brillé depuis, disons, Fassbinder... Les films allemands sont plus nombreux. Ils sont meilleurs aussi. En témoigne la pluie de récompenses qu’a reçu La vie des autres lors du dernier European Film Awards (meilleur film, meilleur scénario, meilleur acteur). Peut-on toutefois en déduire qu’il y aurait une « nouvelle vague allemande » ? Si Ping Pong (premier film d’un étudiant en cinéma récompensé à la dernière Semaine de la Critique du festival de Cannes) et Montag se répondent indubitablement, d’autres films, à commencer par Good Bye Lenin !, véritable événement de l’année 2003, tant en Allemagne qu’en France, se placent dans une sphère moins auteuriste, mais témoignent de la vitalité de la production allemande. Car cette vitalité, si elle transparaît sans faire d’excès dans l’hexagone, est bien réelle là-bas, à travers des films divers et variés, comme le film Mein Führer - Die wirklich wahrste Wahrheit über Adolf Hitler de Dani Levy, comédie osée mais pas pour autant réussie sur Hitler. L’Allemagne traite toujours avec ses démons.



LES FILMS

 
Ping Pong de Matthias Luthardt
Par Emilie PADELLEC
Un matin d’été, les pas d’un invité inattendu crissent sur les graviers d’une allée pavillonnaire. Sans crier gare, Paul, 16 ans, adolescent d’une beauté sombre le faisant paraître plus âgé, s’immisce dans le quotidien bourgeois et faussement idyllique de Stephan, son oncle, d’Anna, la femme de ce dernier, et de leur fils, Robert.

 
La Vie des autres de Florian Henckel von Donnersmarck
Par Marion KLOTZ
En 1984 à Berlin Est, Gerd Wiesler, officier de la Statsi, se voit confier la surveillance de l’écrivain de théâtre Georg Dreyman sans se douter qu’il s’agit d’une intrigue orchestrée par le ministre de la culture qui amoureux de l’amie de Dreyman - l’actrice Christa Maria Sieland - souhaite le faire disparaître.

 
Montag d’Ulrich Köhler
Par Elina LOWENSOHN
Upon exiting the cinema, one of the two cinemas in Paris showing Montag, I felt myself like a wonderer, in my own life, for an instant I felt as if I have lost my goal, what goal I asked myself, for what and why, am I doing or living that which I live ?

 
Requiem de Hans Christian Schmid
Par Nicolas VILLODRE
Elevée dans un milieu catholique et bourgeois, Michaela quitte la maison familiale pour partir suivre des études à Tübingen. La jeune fille goûte à cette liberté nouvelle, mais bientôt des phénomènes étranges se produisent. Elle a l’impression d’entendre des voix, et s’imagine bientôt qu’elle est possédée par des démons.

 
Mon Führer de Hans Christian Schmid
Par Andréa GRUNERT
Le titre Mon Führer - la véritable et plus vraie vérité sur Adolf Hitler l’annonce : cette vision de l’histoire allemande n’est pas tout à fait à prendre au sérieux. La vérité et l’illusion, la reconstruction de l’histoire et le jeu avec les apparences sont au coeur de cette approche comique de Hitler.

 
Good Bye Lenin ! de Wolfgang Becker
Par Sophie HAUBOIS
Octobre 1989. Berlin-Est. En voyant son fils, Alex, se faire arrêter par la police, Christiane fait un infarctus et sombre dans un coma dont elle ne se réveillera que huit mois plus tard. Entre temps, le mur de la honte a chuté, les Allemands circulent librement entre l’Est et l’Ouest, le capitalisme, ses produits et ses marques ont investi les rues de Berlin-Est, le président Erich Honecker a démissionné, la RDA n’existe déjà plus, le Deutsch-Mark a remplacé les livrets d’épargne soviétiques...

 
Heimat d’Edgar Reitz
Par Marion KLOTZ
Dès lors, tout comme Wayne’sWorld, dont le film de Smith constitue un quasi remake, Jay and Silent Bob est une sorte de long hululement de pur oubli du réel, dans les brumes marijeannées, érudites et libidineuses qui nimbent le souvenir, si douloureux et si doux, des images de l’adolescence masculine. Ce n’est pas une, mais des dizaines de madeleines proustiennes dont nous gavent M. Smith.


INTERVIEWS

 
Florian Henckel von Donnersmarck
Par Marion KLOTZ
Une rencontre simple et en même temps hors-norme avec ce grand monsieur qui rase de près le plafond et a semble-t-il bien l’intention d’atteindre des sommets. Entre nous, c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

 
Ulrich Kohler
Par Nicole GABRIEL et Nicolas VILLODRE
Rencontre son auteur, un des jeunes réalisateurs allemands contemporains, Ulrich Köhler, dans le quartier en vogue du 11e arrondissement, à la lisière du 12e...

 
Andrea Schuler
Par Nicolas JOURNET
Berlin. Dans un café à deux pas du Berlinale Palast. Andrea Schuler est un sympathique trentenaire blond. Elle parle avec enthousiasme de son premier film, un documentaire basé sur la vie de trois vieillards tatoués.

 
Winfried Bonengel
Par Nicolas JOURNET
Le réalisateur allemand Winfried Bonengel parle avec un plaisir communicatif de son premier long métrage de fiction, Les Enfants de la colère. Très grand, les gestes amples, drôle, avec un petit côté anar fort sympathique, Winfried Bonengel évoque sa démarche cinématographique comme sa vision du monde.


FESTIVAL


 
Dossier Festival de Cinéma Allemand 2003
Par Nicolas JOURNET
Loin des clichés franchouillards et des lieux communs branchés, la huitième édition du Festival de cinéma allemand - organisée par l’Export-Union et le Goethe-Institut - a démontré toute la vigueur d’une cinématographie boostée par le récent succès de Good Bye Lenin !





Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir