Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

FILM FORUM
Rencontre avec Mike Maggiore, programmateur et chargé de communication et Bruce Goldstein, directeur des rétrospectives.
Rencontre à New York
au Film Forum en février 2007
propos recueillis et traduits
de l’anglais par Muriel DREYFUS

Depuis plus de trente ans, cette salle indépendante Art et Essai de West Village fait découvrir aux New-Yorkais le meilleur du nouveau cinéma international indépendant, avec une prédilection pour le film documentaire. Film Forum est aussi célèbre pour ses séries thématiques, grandes rétrospectives de classiques ou d’incunables du cinéma américain, concoctées par Bruce Goldstein.



Objectif cinéma : Film Forum a été fondé en 1970. Pouvez-vous nous parler des débuts de Film Forum, l’histoire du lieu. Quelle était l’idée fondatrice ?

Mike Maggiore : Film Forum a ouvert en 1970 dans un petit espace de l’Upper West Side, avec un projecteur 16 mm et 50 chaises pliables. Karen Cooper, notre directrice actuelle, a pris la tête de Film Forum, deux ans après, en 1972. Elle en a fait une association à but non lucratif. Elle a déménagé Downtown, sur Vandam, dans les années soixante-dix, dans une salle avec un seul écran. A l’époque, la mission était de montrer des films qui n’étaient pas projetés à New York ou même en Amérique. Elle a ainsi montré beaucoup de cinéastes européens comme Herzog ou Fassbinder, offrant à nombre d’entre eux leur première diffusion aux USA. A cette époque aussi, Karen a montré beaucoup de nouveaux documentaires, comme La Bataille du Chili de Patricio Guzman, qui a fait forte sensation à Film Forum dans les années soixante-dix. Pauline Kael a écrit une critique élogieuse du film dans le New Yorker. C’était un des documentaires-vérité clés de cette époque. Et, au début des années quatre-vingt, Film Forum est devenu un cinéma à deux écrans sur Watts Street, à deux pas d’ici, juste au nord de Canal Street. Le cinéma a élargi sa programmation avec des rétrospectives de films classiques ; Karen avait demandé à Bruce Goldstein de devenir le directeur de cette programmation de répertoire. Bruce avait programmé le Thalia dans l’Upper West Side et avait acquis une excellente réputation pour la programmation de classiques du cinéma américain, defilms muets, de films de genres et les « pre-code » films. Il était certain que son expérience serait un atout formidable pour Film Forum. Enfin, en 1989, l’immeuble où se trouvait Film Forum a été vendu et Karen a dû fermer et réunir de l’argent pour ouvrir un nouveau cinéma. Et c’est le cinéma où nous sommes maintenant, sur Houston Street, entre la 6e Avenue et Varick. Nous avons aujourd’hui trois salles, ce qui nous offre la flexibilité de garder un film qui marche bien au-delà des deux semaines prévues dans le programme. Sur deux écrans, nous avons des films programmés pour une semaine ou deux, avec soit une exclusivité soit la réédition d’un classique. On ne sait jamais quel film va avoir le plus de succès, donc c’est utile d’avoir un troisième écran. Voilà, nous sommes installés dans ce lieu depuis 1990.


Objectif cinéma : Combien de personnes travaillent à Film Forum ?

Mike Maggiore : Avec l’accueil et la programmation répertoires, on avoisine 30 à 40 personnes dont 15 salariés pour l’administration.