Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ERIC HERSON-MACAREL
Comédien
Par François JUSTAMAND

A l’occasion de la sortie en salles de Casino Royale, nous avons contacté - non sans quelques difficultés - le comédien français Eric Herson-Macarel qui prête sa voix et son talent à Daniel Craig dans ce film. Il n’a pas souhaité répondre à nos questions sur son travail dans ce nouveau James Bond car il dit ne pas aimer parler de doublage...
Toutefois, il avait répondu à nos questions en 2002 au moment de la sortie du précédent Bond, Meurs un autre jour, dans lequel il doublait le personnage de Gustav Graves, le méchant du film. C’est cet entretien inédit que nous vous présentons maintenant.



La Gazette du doublage : Comment êtes-vous devenu comédien ?

Eric Herson-Macarel : Je suis né en 1964 à Paris. Je suis devenu comédien d’une façon très délibérée ; cela ne s’est pas fait par hasard. Je ne suis pas du tout issu d’une famille d’artiste. C’est uniquement venu d’un désir personnel.
Au départ, j’avais commencé des études en histoire de l’art puis je me suis dirigé vers un cours de théâtre. A la sortie, j’ai eu la chance d’être engagé pour un téléfilm dont j’avais le premier rôle. Un vrai conte de fée !
C’était un téléfilm de 6 heures pour TF1 qui, à l’époque, était encore une chaîne publique, puisque c’était en 1983. C’était un très beau téléfilm qui s’appelait « la dictée ». Cela racontait l’histoire d’un instituteur rural au 19ème siècle. C’était un peu l’illustration de l’épopée de l’école publique à la fin du 19ème siècle dans les campagnes françaises. C’était réalisé par Jean-Pierre Marchand avec qui je suis resté très ami d’ailleurs.
C’était mon premier rôle. Je ne m’étais jamais trouvé devant une caméra avant et c’était donc, un peu, un conte de fée. Ensuite, le revers d’un grand rôle, c’est qu’il faut maintenir le niveau et ce n’est pas toujours le cas.
Par la suite, les choses se sont, quand même, plus ou moins enchaînées- la preuve, c’est que je suis toujours là pour en parler - mais pas forcément à un rythme aussi miraculeux qu’au début.
Depuis, j’ai divergé dans mes options. Je me suis d’abord beaucoup plus orienté vers le théâtre. Finalement, j’ai relativement peu tourné après ce premier rôle mais je l’ai tout de même fait avec Bertrand Tavernier à plusieurs reprises et avec Marcel Bluwal à la télévision mais j’ai surtout travaillé au théâtre.