Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LA JOYEUSE DIVORCEE
De Mark Sandrich
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Mimi Glossop (Ginger Rogers) décide sur les conseils de son avocat Egbert ’Pinky’ Fitzgerald (Edward Everett Horton) de simuler un adultère, afin de pouvoir divorcer de son mari qui ne l’a épousée que par intérêt. Alors qu’elle attend un homme de paille chargé de se faire passer pour son amant, elle rencontre le danseur Guy Holden (Fred Astaire). Sur un quiproquo elle pense qu’il est celui qu’elle devait retrouver.



Le succès du numéro musical appariant les élégants Fred Astaire (1899-1987) et Ginger Rogers (1911-1995) dans Flying Down to Rio / Carioca (Thornton Freeland, 1933) incita les studios RKO a renouveler cette association, en mettant dorénavant les deux danseurs en tête d’affiche. The Gay Divorcee / La Joyeuse Divorcée fut ainsi le deuxième des neuf films avec Astaire et Rogers, produits par RKO. Outre The Gay Divorcee, le réalisateur Mark Sandrich (1900-1945) mit en scène le mythique Top Hat / Le Danseur du dessus (1935), mais aussi Follow the Fleet / En suivant la Flotte (1936), Shall We Dance / L’entreprenant M. Petrov (1937) et Carefree / Amanda (1938). The Gay Divorcee est l’adaptation de The Gay Divorce, une comédie musicale qui triompha à Broadway en 1932, et dans laquelle Fred Astaire et Erik Rhodes (1906-1990) jouaient déjà. Ils reprendront leurs rôles dans la version cinéma.

Dans The Merry Widow / La Veuve Joyeuse (Ernst Lubitsch, 1934), autre comédie musicale du moment, il était question d’une veuve dont il fallait empêcher le mariage, tandis que le sujet de The Gay Divorcee concerne une femme dont il faut provoquer le divorce ! S’agissant de ce dernier, on ne peut pas dire que la trame brille par son originalité, avec ce quiproquo qui retarde la réunion certaine des deux amoureux. Mais cette faiblesse est largement compensée par la qualité non seulement de l’interprétation, mais aussi des chansons et des chorégraphies. Nombreux sont les moments charmants, comme par exemple celui durant lequel Astaire utilise ses doigts comme jambes d’une marionnette. Un passage qui rappelle la danse des petits pains de Charles Chaplin (1889-1977) dans son film Gold Rush / La Ruée vers l’Or (1925).

Guy (Fred Astaire) et Mimi (Ginger Rogers) sont bien entourés par plusieurs personnages excentriques assez réjouissants : Hortense (Alice Brady), la tante légèrement azimutée de Mimi, Rodolfo Tonetti (Erik Rhodes), l’italien « homme de paille » de profession, et le serveur érudit (Eric Blore), toujours prêt à la conversation. On remarque aussi Edward Everett Horton (1886-1970) en ami avocat de Guy, un rôle nettement plus sympathique que l’ange pompeux qu’incarnait Horton dans Here Comes Mr. Jordan / Le Défunt récalcitrant (Alexander Hall, 1941) et Down to Earth / L’Etoile des Etoiles (Alexander Hall, 1947).