Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

EMMANUEL JACOMY
Comédien
Propos recueillis en décembre 2002 Par François JUSTAMAND

Le comédien Emmanuel Jacomy prête sa voix à Pierce Brosnan depuis GoldenEye (1995). Nous l’avons rencontré, une première fois, sur le plateau de doublage de Demain ne meurt jamais (1997) puis, deux ans plus tard, sur celui du Bond avec Sophie Marceau, Le Monde ne suffit pas.
C’est en 2002, à l’occasion de la sortie de Meurs un autre jour, l’ultime 007 avec Brosnan, que nous avons eu le privilège d’interroger le comédien français sur son métier.



La Gazette du doublage : D’où êtes-vous et comment êtes-vous devenu comédien ?

Emmanuel Jacomy : Je suis né en Bourgogne et j’ai passé toute mon enfance dans l’Ain. A l’adolescence, je suis retourné en Bourgogne. C’est à la majorité que je suis venu à paris.
La comédie, j’ai toujours aimé cela. Cela répond à un rêve d’enfant. J’ai commencé à faire du théâtre, au retour de l’armée, vers 23 ans. J’ai pris des cours au Centre du Marais où mon professeur était Madame Jacqueline Duc. Pendant cette période, pour vivre, j’ai fait des pubs, etc. J’ai aussi fait du théâtre amateur puis professionnel. Un jour, alors que je jouais au Théâtre de Paris, un copain comédien qui était dans la pièce avec moi m’a parlé du doublage. Il venait de doubler dans un dessin animé. Il m’a que c’était amusant à faire.

La Gazette du doublage : Quelle était votre idée du doublage avant d’en faire ?

Emmanuel Jacomy : Les voix françaises des films et séries m’ont toujours fasciné. Lorsque j’étais petit, comme il n’y avait pas encore de magnétoscopes, j’enregistrais les émissions de télévision au magnétophone, et donc je connaissais tout par cœur : « L’ami public n°1 », les séries... De toutes façons, il n’y avait que de la VF à ce moment-là. Il y a un rapport étrange au son des films. On se recrée toute une psyché par rapport à cela. En fait, cela a été une très bonne école. Je pense que mon goût du doublage vient de là.