Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

LE CINEMA DU REEL

de Jean-Jacques Beinex
Par Christian PAIGNEAU

SYNOPSIS : Pour compléter la collection Beinex, Cargo films sort Le cinéma du réel, soit un double Dvd qui reprend trois des cinq documentaires réalisés par Jean Jacques Beinex au cours des quinze dernières années. Des films qui livrent un regard curieux, amusé, profond sur le monde , sur certains de ses débordements ou certains de ses courages.



LOFT FOLIE

On commencera par le plus mineur des trois films qui est assurément Loft Paradoxe qui revient sur le cas du défunt et pourtant encore vivace dans nos mémoires, Loft Story. Un film d’une heure qui consiste en une série d’entretiens très simples d’intervenants divers. Il n’est pas totalement inintéressant et rend bien compte de la folie furieuse, du brouhaha général et du blah blah incroyable qu’à provoqué en France l’arrivée de la télé réalité. C’est de l’histoire télévisuelle récente et pourtant on a l’impression (ou le secret désir) que c’était il y a des siècles. Les paroles de certains sont presque aussi surréalistes que la télé qu’ils dénoncent -ou défendent- à la manière d’un Séguela alarmiste qui n’hésite pas à voir dans le loft une très dangereuse bombe culturelle qui va définitivement nous endommager les neurones. Le cyclone télé-réalité est bel et bien passé et même s’il subsiste ici ou la quelques micros tempêtes : il ne nous a pas trop abîmés. Soulagement général puisque nous savons très bien que nous étions fort nombreux à être concernés… Le principal, c’est quand même que personne n’a perdu un bout de son cerveau dans la tempête...


BATTEMENT DE PAUPIERES

Assigné à résidence est le plus cinématographique des trois films reprenant d’ailleurs un visuel assez proche des longs métrages de fiction de Beinex. Le sujet est plutôt lourd mais s’avère parfaitement maîtrisé. Un docu fascinant et terriblement touchant.

Le film est consacré à Jean-Dominique Bauby, ancien rédacteur en chef du magazine Elle, victime d’un brutal accident cardio vasculaire. Un accident gravissime qui va le clouer dans un lit d’hôpital pour le restant de ses jours sans autre mouvement possible que ceux des yeux et de la bouche et sans espérer non plus ni parler, ni articuler vraiment des sons. C’est donc à l’aide de ses seules paupières que Jean Dominique va écrire un livre complètement fou, devenu célèbre depuis : Le scaphandre et le papillon. L’auteur va dicter chaque mot, en clignant des yeux pour chacune de leur lettre et à l’écoute d’un alphabet sans cesse recommencé et répété par sa collaboratrice qui recopie illico les phrases. Le décalage difficile et éprouvant entre la pensée parfaitement lucide de Baudy et son état corporel, ajouté au travail tout simplement titanesque d’un tel projet livre un témoignage majeur et vibrant sur un combat qui est tout simplement incroyable. On en sort sans voix mais avec des battements de cœurs supplémentaires et de l’admiration pour un courage qu’on n’aurait même pas imaginé possible avant cela.