Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




Mais tout ça n’est quand même pas très probant, pas très engagé politiquement. Le réal n’est pas vraiment dans le réel, après tout, faut-il être plus réaliste que le King Elvis ? On est, par conséquent, ailleurs. Dans un monde idéal, planant, why not ? En dehors des bons sentiments, rien n’a d’importance. La globalisation aidant, une ville (Dublin) ressemblera, évidemment, à toutes les autres (Bruxelles, Tours, Montpellier ou Poitiers, on en passe et des meilleures), avec les mêmes rues piétonnes commerçantes, conçues (con-cul ?) par des urbanistes et architectes de génie. Et les personnages (les gens de Dublin) n’auront pas besoin d’être plus fouillés (compliqués) que cela – pas la peine de risquer un mauvais flip. Les problèmes financiers, expansion économique irlandaise oblige, ne se poseront jamais véritablement – le banquier, lui-même songwriter à ses heures (à 17h aussi), consentira facilement un prêt au p’tit gars qui en veut, lui permettant de louer tout un week-end un studio d’enregistrement professionnel et de graver une maquette-passeport pour la gloire. Et tutto quanto.

On est dans un scénar usé depuis lurette, depuis, au moins, A Star is Born. A l’amourette du couple s’ajoute leur, disons, travail en duo. On a déjà dû écrire supra (c’est qu’on a l’impression de devenir gâteux, à force d’avoir des comptes à rendre à droite et à gauche, sans se donner un minimum de temps de relecture, vous savez ce que c’est, la vie moderne !) qu’elle est chanteuse ainsi que pianiste, quoique sans instrument (le réparateur de ventilos finira par lui en acheter un afin, sans doute, de racheter ses péchés et ses mauvaises pensées, grâce au pécule de Gepetto, le paternel bricolo) et que le "jeune premier" est gratteur à mi-temps. L’homme à la Takamine trouée. C’est pas que ce soit un Stradivarius, mais tout de même ! cela fait un peu mal au cœur de voir à tout bout de champ et de chant cette sèche, la table d’harmonie perforée, sans doute insuffisamment protégée des envolées lyriques du garçon par un bon vieux pickguard en matière plastique. Ah ! ce palissandre brisé sous les coups de médiator intempestifs du cantor exalté ! A moins que ce ne soit, tout bêtement, par un shoot pointu de Santiag vengeresse de la part d’un rocker teigneux allergique à la guitare folk ! Le Van Gogh à voix éraillée des bas-fonds de Dublin, au lieu de camoufler ce camouflet, l’exhibe tout fiérot, y compris en chair et en os (en 3D, en creux et en plein) après les projos du film. Sorti de l’écran, façon Sherlock Jr, acteur de la fameuse Laterna magica pragoise ou auteur d’"expanded cinema", il interprète, en effet, en fin de séance, en bonus du film et du DVD à venir, avec sa frêle belle post-ado, deux thèmes de la B.O. qui finiront par devenir, faut espérer pour eux, des tubes.






Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir