Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

RENCONTRE :
FRANCIS HUSTER
ET LE DOUBLAGE

Par François JUSTAMAND

C’est lors du petit déjeuner Presse de présentation du 8ème Festival International Musique et Cinéma (du 14 au 18 novembre 2007 à Auxerre) que nous avons eu le plaisir de rencontrer Francis Huster et de parler avec lui de notre sujet de prédilection : le doublage. Huster est un acteur dont la voix, le phrasé et le timbre sont très reconnaissables. Claude Lelouch, avec qui il a tourné plusieurs fois, n’a-t-il pas dit : « Francis, je pourrais le diriger au casque ».



En cette fraîche matinée du 25 octobre, nous nous dirigeons d’un bon pas vers le Cristal Baccarat Room, dans le 16ème arrondissement de Paris, pour assister à la présentation à la presse de la nouvelle édition du Festival de musique de film d’Auxerre. Arrivés sur place, nous saluons notre ami Stéphane Lerouge – grand voxophile ( http://www.objectif-cinema.com/spip.php ?article4733
) – et programmateur musical du Festival.

Nous apercevons aussi en retrait Francis Huster, éternel jeune homme un peu timide, qui est président du festival cette année et nous confions alors à Stéphane que Francis Huster a fait du doublage, puisqu’il a doublé Robert de Niro dans le film 1900, de Bertolucci, en 1976. Stéphane se propose alors de faire les présentations. [Tout devient alors un peu surréaliste, nous allons rencontrer cet acteur et lui parler d’un sujet qui va certainement l’étonner, et lors d’une occasion qui n’a – a priori - pas de rapport si ce n’est que le doublage est – à nos yeux - « l’âme d’un film » tout comme la musique l’est pour le film qu’elle illustre…]

HUSTER, DE NIRO, 1900, LE DOUBLAGE…

Francis Huster est étonné que l’on se rappelle qu’il a doublé ce grand acteur américain. Il nous confie que c’était la première fois qu’il faisait du doublage et qu’il en a gardé un très bon souvenir. C’est Bertolucci qui s’est souvenu de lui et lui a proposé ce doublage car tous deux s’étaient déjà rencontrés lors de la préparation du film Le dernier tango à Paris (1972) dans lequel Huster devait avoir un rôle, qui a échu finalement à Jean-Pierre Léaud. Huster nous dit qu’il a été dirigé pour ce doublage par le réalisateur Alain Cavalier et il essaie de se rappeler les autres comédiens qu’il a côtoyés sur ce doublage : Dominique Sanda, Gérard Depardieu… Nous évoquons ensemble les grandes voix du doublage et Huster, emballé, nous parle de Claire Guibert qui doublait Marilyn Monroe, Raymond Loyer qui prêtait sa voix à John Wayne et aussi de Roger Rudel, la célèbre voix de Kirk Douglas. Au sujet de Rudel, il pense d’ailleurs que c’est sous sa direction qu’il a fait son deuxième et dernier doublage, un film dans lequel il prêtait sa voix à Robert Powell, qu’il avait rencontré sur le tournage de Jésus de Nazareth (1976) de Zeffirelli.