Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




Un murmure doux et léger

Le réalisateur, qui porte ici toutes les casquettes, joue avec le cadrage et la lumière de telle sorte qu’il invite à la perte de repères, à se fondre de façon plus vraie que nature dans la peau de ces moines qui ont fait vœu de silence.

Ce « grand » silence c’est le titre du film ; un silence bien loin d’être dérangeant et de mettre mal à l’aise comme il pourrait le faire dans un habituel film sonore et parlant, mais bien un silence qui ouvre l’ouïe et l’oriente vers des quantités d’autres sons, invite à la méditation, à l’extension de la perception. Et c’est ainsi qu’on accède au souffle du vent, au murmure de la neige, au ruissellement de l’eau, au crissement des étoffes, au craquement du bois, au crépitement du feu, au bruissement des pages que l’on tourne, comme on ne les avait peut-être jamais perçus. Les moines ne se parlent jamais entre eux, ils ne communiquent pas, ils agissent, ils savent. Et lorsqu’ils prononcent quelques paroles lors de cérémonies officielles, leur voix sort grave et caverneuse, sans intonation émotionnelle, du fond de leur être.

Ce silence et cette austérité sont tels que le ronronnement strident de la tondeuse électrique pour cheveux perce l’air de façon agressive et surtout que l’on est surpris, à la moitié du film, d’assister à une séquence bucolique inattendue : le printemps a repris ses droits après les rudes mois d’hiver et les moines partis se promener, discutent jovialement sur le ton de la camaraderie allant même jusqu’à plaisanter. Mais cette trouée d’humanité ne s’étendra pas plus loin. 2h40 durant, aucune autre parole ne sera échangée ; à peine quelques confidences prononcées du bout des lèvres, et bien sûr des chants et des prières.

Touchant aux limites de la netteté, de l’obscurité la plus totale, de l’abstraction du cadrage, de l’immobilité la plus figée, Philip Gröning réussit à opérer une transformation audiovisuelle de sa perception sensorielle et émotionnelle.

Loin de tout conformisme, loin des standards télévisuels, il invente sa propre forme de cinéma et développe une véritable création documentaire et audiovisuelle. Un film tout en harmonie entre son sujet et sa forme. Digne d’un prix au FIPA de Biarritz.






Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir



 


Titre : Le grand silence
Scénario, Réalisation, cadrage, son, montage : Philip Gröning