Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ADELINE MOREAU
Comédienne, chanteuse

Entretien réalisé par Thierry ATTARD en décembre 2007

Remerciements à Nathalie ATTARD


Verliebt in Berlin (Le Destin de Lisa) , une des réussites artistiques et commerciales de la télévision allemande de ces dernières années [Cf http://www.objectif-cinema.com/spip.php ?article4558, NDLR], a été servi en France par un doublage de première classe, lequel nous aura fourni une excellente occasion de nous intéresser à cette charmante comédienne et chanteuse de très grand talent qu’est Adeline Moreau (la voix de Lisa Plenske, alias Alexandra Neldel).



« We’re all alone on the stage tonight, We’ve been told we’re not afraid of you » (Kate Bush)

La Gazette du doublage : A quel moment de votre vie avez-vous eu envie de devenir comédienne et quelle est votre formation artistique ?

Adeline Moreau : Je pense que mon envie était présente toute petite... Il paraît que j’étais très drôle, et même sans le vouloir je faisais beaucoup rire tout le monde, peut-être à cause de ma petite bouille de rouquine à bouclettes. Du coup, je suis devenue en quelque sorte le clown de la famille. J’adorais me déguiser et faire des sketches !

Pour apprendre mon métier de comédienne, j’ai pris beaucoup de cours privés différents à Paris et j’ai fait des stages. Mais je suis rarement restée plus d’un an dans la même école ! J’ai pioché à droite et à gauche. Et j’ai appris aussi énormément sur le tas.

La Gazette du doublage : Au cours de cette formation, on note un stage intitulé « Le Masque et Shakespeare » et un stage sur le travail de clown. En quoi consistaient ces stages et que vous ont-ils apporté en matière de jeu et d’expression scénique ?

Adeline Moreau : En effet, j’ai fait un stage de jeu masqué formidable, qui m’a fait découvrir cette discipline qui permet de développer l’imaginaire et d’apprendre à suivre son instinct… le visage « caché » derrière un masque. C’est impressionnant comme on finit par s’oublier et comme on dépasse ses propres limites. Ma « naissance » en tant que personnage masqué (c’est le terme qu’on emploie) restera pour moi un moment de jubilation inoubliable !!!

J’étais quelqu’un d’autre derrière ce masque souriant à grosses joues. Je me suis laissée guider par ce masque…le principe était de travailler des scènes de Shakespeare avec ces masques… c’était super. C’est dans ce stage que j’ai découvert le travail du clown, qui n’est pas loin de celui du masque, simplement un personnage masqué a un nom, un travail, une identité propre, tandis qu’un clown peut être qui il veut quand il veut. La liberté est encore plus grande. Et on est plus à nu derrière un petit nez rouge que derrière un masque. Je suis particulièrement passionnée par le clown ! Il faut absolument que je le retravaille d’ailleurs.

La Gazette du doublage : En 2001 vous avez joué dans Abracadabra, à la poursuite de la sorcière bleue, une pièce de Gérard Majax mise en scène par Raymond Acquaviva. Qu’y faisiez- vous ?

Adeline Moreau : La fée Mirabelle ! On a bien ri avec les enfants.

La Gazette du doublage : Au cinéma, vous avez joué en 2003 dans un court métrage de Francis Perrin appelé A un cheveu près. Comment vous êtes-vous retrouvée dans cette aventure ? Comment s’est déroulé le tournage ?

Adeline Moreau : J’ai envoyé ma candidature pour participer aux talents Cannes Adami : tous les ans l’Adami (société qui gère les droits des interprètes) organise la réalisation de courts métrages avec de jeunes comédiens choisis pour l’occasion par des réalisateurs. Ensuite des projections sont organisées et tout ce petit monde se retrouve à Cannes pour le festival.. J’ai passé un casting avec Francis Perrin qui cherchait deux rousses pour son histoire. Et hop ! Le tournage n’a duré qu’une journée (c’est le principe) . C’était très rigolo à faire, j’en garde un très bon souvenir. Francis Perrin était très enthousiaste et joyeux !