Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

MARIE-CLAIRE MARTY
Comédienne
Entretien réalisé le
16 janvier 2008
Par François JUSTAMAND

Marie-Claire Marty est une comédienne qui a fait du doublage pendant son enfance et a quitté le métier par la suite, pour s’orienter vers une autre activité professionnelle. Elle est connue pour avoir prêté sa voix essentiellement aux premiers doublages de plusieurs Disney, dont Alice au pays des merveilles et Peter Pan. Elle nous raconte son parcours et ses souvenirs à la synchro.



La Gazette du doublage : Lorsque vous étiez enfant, vous avez été comédienne. Racontez-nous comment vous êtes arrivée dans ce métier ?

Marie-Claire Marty : Je suis née le 25 novembre 1937, dans le 19ème à Paris, sous le nom de Marie-Claire Marty. Mon père travaillait aux PTT et ma mère s’occupait de ma sœur Huguette et de moi. Mes parents m’ont inscrit chez un professeur de chant, diction, piano, où j’ai appris les bases de tenue sur scène, placement de la voix… Il s’agissait de Mme Poujols dont le mari était ténor et la fille, comédienne. Ils habitaient avenue Simon Bolivar, près des Buttes Chaumont, toujours dans le 19ème arrondissement.

La Gazette du doublage : Avez-vous fait du théâtre, du cinéma, de la radio ou des disques ?

Marie-Claire Marty : Par la même voie, je me suis trouvée engagée au Théâtre National de l’Odéon où j’ai joué dans « Louise de la Vallière » de Jean-Jacques Bernard avec Marguerite Cassan, Yvonne Gaudeau, Hélène Bellanger, Guy Parzy, Suzanne Rouet… et une petite fille de mon âge, Francette Vernillat, qui s’est fait un nom dans le cinéma et le doublage. Nous avions 7 ans.
Toujours à l’Odéon, j’ai joué dans le « Chant de la Liberté » et « Peer Gynt ». Ce sont toujours de petits rôles car les enfants ne peuvent assurer un spectacle lourd tous les soirs. Toutefois, à l’Odéon, nous ne jouions pas chaque jour car plusieurs pièces étaient à l’affiche en même temps. Je jouais parfois 3 ou 4 fois dans la semaine, et le dimanche, en matinée et en soirée. Entre les deux, j’allais me promener avec maman au jardin du Luxembourg. Le plaisir d’être sur scène, l’odeur des coulisses, restent pour moi de merveilleux souvenirs. Même maintenant lorsqu’il m’arrive (trop rarement à mon goût) d’aller au théâtre, j’essaie toujours d’aller dans les loges des artistes faire signer mon programme.
En 1948, comme mon amie Francette jouait au Théâtre Saint-Georges dans le « Square du Pérou », de Louis Ducreux, j’ai été engagée pour être sa doublure en cas de défection. J’ai appris donc le rôle avec Simone Simon, Henri Guisol... Ma carrière théâtrale s’arrête là car mes parents en avaient décidé ainsi…
Je n’ai jamais fait de cinéma. A la radio, j’ai participé à des émissions enfantines avec Jean Nohain. J’ai enregistré la pièce « Louise de la Vallière ». Pour les disques j’ai enregistré celui relatant l’histoire d’Alice au Pays des Merveilles.

La Gazette du doublage : Comment êtes-vous venue au doublage ?

Marie-Claire Marty : Les responsables de studios de doublage s’adressaient à Mme Poujols, mon professeur, lorsqu’ils recherchaient des voix d’enfants. C’est ainsi que j’ai pris le chemin des studios pour le première fois en 1945. j’avais huit ans.

La Gazette du doublage : Quel a été votre premier doublage ? Vous souvenez-vous quels étaient vos partenaires et le directeur artistique ?

Marie-Claire Marty : Mon premier doublage a été Bambi, en Décembre 1945. Je prêtais ma voix au rôle de Féline petite sous la direction de Daniel Gilbert. Le personnage de Bambi était doublé par un garçonnet et pas par une comédienne adulte comme cela se faisait beaucoup.