Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




La Gazette du doublage : Quel a été votre premier grand rôle à la synchro ? Parlez-nous de vos partenaires, de la durée de l’enregistrement, du directeur artistique, de la difficulté ou non du rôle ?…

Marie-Claire Marty : Mon premier grand rôle a été pour Alice au Pays des Merveilles. Je me souviens des Frères Jacques et de leur chanson du « non-anniversaire », d’Yves Furet (le chat Tigre), Germaire Kerjean (la reine de cœur). Maman m’accompagnait toujours. Nous passions nos journées dans le studio : Ambiance feutrée et scènes que l’on répète dix fois avant de trouver le bon ton, la bonne synchro.
Nous aimions bien aussi voir travailler les autres lorsque je ne faisais pas partie de la scène. C’est une bonne école. Les dessins animés sont plus difficiles à doubler car il faut toujours crier, rire, pleurer… Mais c’est très agréable à faire. Le doublage a eu lieu sur 4 ou 5 jours, plus une journée pour enregistrer la partie chantée. Cela se passait en Juin 1951. J’ai ensuite enregistré un disque relatant cette histoire avec un orchestre sous la direction de Jacques Metehen. J’avais d’ailleurs répété chez lui (du côté de la Porte de Champerret, je crois).

La Gazette du doublage : Vous avez connu le doublage à l’image et le doublage à la bande. Laquelle de ces deux techniques préfériez-vous ?

Marie-Claire Marty : J’ai principalement fait du doublage à la bande et très peu à l’image ; une ou deux fois et la MGM vraisemblablement. Je préfère de beaucoup la première solution ; dans l’autre cas nous avons le texte sous les yeux et il faut regarder l’écran en même temps.

La Gazette du doublage : Pour quelles sociétés de doublage avez-vous travaillé ? Avec quels directeurs artistiques ?

Marie-Claire Marty : J’ai travaillé pour différentes sociétés de doublage : Les Entreprises Cinématographiques André Norévo, les Studios Brunot à Saint-Cloud, la Société Française de Post-Synchronisation, la société DUC, la société de Léon et Max Kikoïne (RKO), la société Gray Film aux Studios de Saint-Maurice. Certains chœurs d’enfants ont été enregistrés Chez Synchro Music.
Sinon à part le nom de Daniel Gilbert, pour RKO, je ne me souviens plus du nom des directeurs artistiques.

La Gazette du doublage : Passiez-vous des essais pour chacun de vos rôles ?

Marie-Claire Marty : J’ai passé des essais pour Bambi, Alice et Peter Pan.