Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

RICHARD TAYLOR
DES ATELIERS WETA

Interviews sur le plateau de tournage du film Le Monde de Narnia : Prince Caspian à Prague, le 4-5 juin 2007
Par Rebecca STRAUCH

‘Weta Workshop’ a déjà travaillé sur Le Monde de Narnia : le Lion, la Sorcière blanche et l’Armoire magique avec la création et la construction de toutes les armures, armes et accessoires spéciaux pour le film. La société a aussi été très impliquée dans la réalisation de King Kong par Peter Jackson pour laquelle il a remporté son cinquième Academy Award pour les effets spéciaux.

Pour Prince Caspian, Taylor a dû construire des maquettes et des modèles encore plus grands, et concevoir beaucoup plus d’armures et d’armes, de façon à habiller des centaines de figurants jouant le corps de l’armée Telmarine.



Richard, vous avez participé à ce film en créant des modèles réduits, et des armes, pouvez-vous nous parler de votre travail ?

Richard Taylor : Nous avons créé des costumes, des armes, des armures et des modèles réduits. Il va y en avoir une énorme quantité. On avait inventé l’expression « bigatures » lors du Seigneur des Anneaux mais ça va dépasser tout ça. La maquette que nous faisons pour le château de Miraz par exemple est à l’échelle 1/24, avec le village et l’emplacement extérieur à 1/100. Ce sont des dimensions énormes.


D’après votre expérience avec les films du Seigneur des Anneaux et le premier film du Monde de Narnia, est-ce que celui-ci est d’une envergure encore plus importante ?

Richard Taylor : Les modèles réduits dans ce film, bien qu’il n’y en ait pas une quantité énorme, restent les plus imposants et ceuxs qui nous ont donné le plus de fil à retordre jusqu’à ce jour. Nous en avons créés des bien plus compliqués mais les miniatures de ce film sont difficiles techniquement parlant.

On s’est vraiment dépassé pour l’armement. Pour les armes de Miraz, on a utilisé la technologie 3D pour créer des modèles qu’on a ensuite moulé dans la cire, Puis on a utilisé les moules pour créer la décoration très détaillée de l’arme. On n’avait simplement pas les compétences nécessaires pour créer ce filigrane tellement délicat d’une autre manière. Ça a vraiment été merveilleux de nous surpasser à ce point pour satisfaire Andrew.


Pourquoi est-il important d’avoir un tel niveau de détails pour les costumes et les armes ?

Richard Taylor : Les gens viennent souvent à l’atelier nous demander pourquoi est-ce qu’on pousse si loin le détail, mais le monde réel est un monde surchargé : plein d’histoire, de détails et de culture. S’il n’y a pas cette attention au détail, si ce n’est qu’une simple représentation visuelle, cela suggère qu’on ne regarde qu’un film. Mais s’il y a un haut niveau de détails, cela suggère alors que le monde créé est imprégné d’histoire qui -en quelque sorte- l’encadre et le fait exister au-delà du film.