Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ERWIN WAGENHOFER
Réalisateur de
We Feed The World


Objectif Cinéma : Comment vous est venue l’idée de faire ce film ?

Erwin Wagenhofer : Elle provient d’un projet antérieur. Nous tournions un film qui s’appelait Opération Figurini pour lequel nous devions filmer certaines séquences sur les marchés de Vienne. Au moment d’écrire le scénario, j’ai arpenté de long en large les marchés de la ville et je me suis demandé : « Quelle est la chose la plus intéressante dans ces marchés ? » La réponse était : les produits eux-mêmes et leur provenance ! L’idée originale était donc de faire débuter le film sur le marché le plus célèbre de Vienne, le Naschmarkt, et de regarder ce qui se passait derrière le miroir.

Ce qui m’importait, c’était l’idée de connexion. Prenez les tomates, par exemple… Eh bien, rien que le fait qu’elles aient voyagé pendant 3.000 kilomètres avant d’arriver jusqu’à moi me semblait curieux. Ça m’interpellait. Et c’est devenu le sujet du film, son véritable sujet. Ce n’est d’ailleurs qu’en arrivant en Espagne qu’on a découvert que le plus vaste espace de culture de produits « verts » du monde entier se trouvait là-bas.

Objectif Cinéma : Quels ont été vos plus grands sujets d’étonnement ?

Erwin Wagenhofer : La surprise majeure, ça a été la taille de ces centres de production. Les poulaillers, par exemple : on a été dans un hangar autrichien d’élevage de taille moyenne qui peut abriter 35.000 poules, mais il y en a qui peuvent en abriter 70.000. On éprouve une sensation inévitable d’inconfort, de gêne dans un tel endroit. C’est dans ce hangar, au petit matin, lorsqu’on rassemble les poules presque totalement dans le noir pour éviter qu’elles deviennent hystériques et difficiles à attraper, que j’ai vécu le pire moment qui me soit personnellement arrivé durant le tournage. Non seulement il y avait un bruit infernal, mais pénétrer dans ce lieu où les poules avaient déféqué et uriné dans une fosse depuis

5 semaines et brusquement glisser sur une poule morte a été, pour moi, une expérience encore plus insupportable que la séquence dans le lieu dédié à l’abattage.