Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

EROS+MASSACRE
de Kiju Yoshida
Par Nicole Gabriel


SYNOPSIS : Alors qu’elle fait l’amour avec Unema, réalisateur de spots publicitaires, une étudiante de 20 ans, Eiko Sokutai, prend conscience d’elle-même et de son inévitable froideur. Peu de temps auparavant, elle a rencontré Wada, un jeune homme du même âge, qui reste malheureusement sourd à ses avances. Afin de mieux comprendre qui elle est, Eiko s’intéresse alors à l’anarchiste Sakae Ôsugi, qui, à l’ère Taishô, fut le chantre et le premier adepte de l’amour libre. Elle suit également les traces de Noe Itô, assassinée avec Ôsugi au lendemain du grand tremblement de terre de 1923 par un officier de l’armée japonaise…


ANALYSE

C’était l’époque où à Berkeley, Paris, Berlin on lisait Eros et civilisation d’Herbert Marcuse, une réponse libertaire au pessimisme du Freud de Malaise dans la civilisation. Avec Erosu purasu Gyakusatsu l’Empire du soleil levant adresse un clin d’œil à l’occident.

Le film a été interdit pour son « indécence », puis autorisé dans une version tronquée. Il ressort sur nos écrans, tandis que le Centre Pompidou présente une rétrospective de Yoshishige Yoshida et que Carlotta sort un coffret de DVD d’un des maîtres de la « nouvelle vague » japonaise.

Le spectateur lambda est mené sans ménagement : plus de trois heures de film, des personnages qu’on a bien du mal à distinguer les uns des autres, un récit imbriqué dans le récit, parfois des propositions de variantes – on re-tourne la scène en lui donnant une autre issue-, des scènes rêvées, peut-être, des références à un background historique inconnu en dehors du Japon.

Et des sous-titres blancs sur un blanc éblouissant.

Pourtant, un certain air de famille avec les films de Godart (La Chinoise), de Truffaut (Jules et Jim), de Pasolini (Porcile), quelques plans superbes qui évoquent, découpées et rocheuses, les côtes siciliennes dans l’Avventura, un climat de fraîcheur et de révolte juvénile clamant haut et fort la parenté du sexe et de la politique.