Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

PARANOID PARK
de Gus Van Sant
Par Antoine BENDERITTER

SYNOPSIS : Alex, jeune skateur de 16 ans, tue accidentellement un agent de sécurité tout près du skatepark le plus malfamé de Portland, le Paranoid Park. Il décide de ne rien dire.


Un monde englouti

Finalement, que retient-on du dernier Gus Van Sant ? Sa construction en puzzle ? Le tragique fait divers qui semble suturer sa narration ? La dilution dramatique qui la clôt ? Ses lancinants travellings, ses plans de plasticien ? Le mystère sensuel et inquiet qui suintait déjà dans Elephant ? Oui, on retient un peu de tout cela, mais pas seulement. Une semaine après le visionnage, la donnée du dispositif filmique la plus rémanente est sans aucun doute la bande-son.

Confusions sonores.

La pâte sonore du film s’avère une des plus singulières qu’on ait entendues depuis longtemps. « Pâte sonore » et non bande musicale : loin d’une ligne mélodique cohérente qui se contenterait d’accompagner une progression dramatique, cette « pâte » hétérogène, informe mais vivante, raconte une histoire au même titre que les images. Elle participe à la révélation d’un univers intérieur : univers exclusivement sonore, certes, mais hautement évocateur, mêlant piaillements d’oiseaux, déclamations d’un poème français, extraits felliniens de Nino Rota, fragrances de Beethoven, échantillons rock…

Il serait presque réducteur de parler d’éclectisme : dans leur hétéroclisme non exempt d’une mystérieuse cohérence, les nappes sonores – sons, musiques, voix – se succèdent, se recouvrent, s’entremêlent en étreintes presque amoureuses ; ce kaléidoscope sonore se révèle plus éloquent encore que l’image ; d’autant que la photographie est moins colorée, plus ombrageuse et plus moite que dans Elephant, comme voilée en dépit de ses fulgurances. Qu’elle soit en consonance ou en dissonance avec la narration, la bande-son résonne comme une projection du paysage mental de l’adolescent, dont le cerveau palpite de confusions psychiques, de jouissances sensorielles, de flottements mentaux parfois proches de l’autisme.