Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

BARBARA TISSIER
Comédienne de doublage
Entretien réalisé
le 30 mars 2008
Par François JUSTAMAND
Avec la participation
d’Elodie DUFOUR

L’édition 2008 du Salon des séries TV et cinéma a été pour nous l’occasion d’inviter la comédienne Barbara Tissier pour un débat sur le doublage de la série Farscape . Elle a répondu présente car elle a souhaité que l’on rende hommage au doublage, dans son ensemble, car elle trouve que l’on parle beaucoup des stars mais que l’on oublie souvent ceux qui exercent leur métier avec talent dans le plus grand anonymat.

Nous l’avons interrogé sur son parcours, son actualité, le « star talent » dans le doublage, les doublages Disney, et bien sûr Farscape … Rencontre avec une artiste dynamique et très professionnelle.



La Gazette du doublage : Vous êtes comédienne depuis votre enfance. Pouvez-vous nous raconter comment vous êtes entrée dans ce métier ?

Barbara Tissier : A l’âge de 11 ans, je faisais de la danse à la salle Pleyel. L’assistant réalisateur de Jean-Luc Godard est venu nous voir car il cherchait des enfants pour son prochain long métrage. J’ai passé le casting et j’ai été choisie pour faire ce film. Je suis donc partie en tournage pendant 3 mois. A partir de là, tout s’est enclenché car on recherche toujours beaucoup d’enfants comédiens pour des tournages, et pour le doublage aussi. D’ailleurs, à cette époque, j’avais passé le casting pour doubler Gertie, la petite fille dans E.T. (1983) que je n’ai pas pu faire finalement.

J’ai commencé le doublage en doublant Meggie enfant dans la série Les Oiseaux se cache pour mourir (1983) aux côtés de Richard Darbois (voix attitrée de Harrison Ford, NDLR) qui doublait Richard Chamberlain.

Ensuite, j’ai continué à tourner, à faire un peu de doublage (Histoire sans fin, Princesse Sarah, Claire et Tipoune…) et puis j’ai eu vraiment envie de faire ce métier. J’ai eu des parents qui m’ont encouragée, ce qui est très appréciable. Ils m’ont aidé à mener de front mes études, le doublage, le théâtre et les tournages.

Lorsque j’ai eu 15 ans, j’ai décidé que la comédie était un vrai métier et que je ne pouvais pas me reposer sur des acquis de spontanéité d’enfant et qu’il fallait que j’aille me former à cela. J’ai donc commencé à prendre des cours… J’ai eu un parcours très chanceux puisque ayant mis le pied dedans petite, j’étais déjà dans le réseau.