Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

RENEE SIMONOT
La mère de Françoise Dorléac et Catherine Deneuve, une des premières comédiennes à faire de la synchronisation.
Entretien réalisé le 10 février 2005
par François JUSTAMAND

Dès l’enfance, Renée Simonot - née Deneuve - se retrouve sur les planches du théâtre de l’Odéon où elle joue de nombreux classiques. Avec l’arrivée du cinéma parlant, elle est une des premières comédiennes à faire de la synchronisation. En 1940, elle épouse Maurice Dorléac, comédien lui-aussi et directeur artistique de doublage, qui va lui donner trois filles dont les célèbres Françoise Dorléac et Catherine Deneuve.



La Gazette du doublage : Vers quel âge avez-vous souhaité devenir comédienne ?

Renée Simonot : Je n’y ai jamais songé. Je me suis retrouvée sur les planches à l’âge de 4 ans, à jouer Les Cloches de Corneville, un Opéra-comique. Ma mère vivait à ce moment-là avec un monsieur qui s’appelait Simonot. C’est lui mon parrain de théâtre et lui qui m’a donné son nom. C’était un chanteur d’Opéra-comique.

Au départ, ma mère n’était pas du tout dans le milieu du spectacle. Par la suite, Elle a été souffleuse à l’Odéon puis répétitrice. C’était une petite bourgeoise du Havre qui a divorcé. Elle a emmené ses deux enfants avec elle et est venue à Paris. Elle a fait des petits boulots pour survivre. Elle a ensuite connue ce monsieur Simonot qui m’a fait entrer dans ce monde merveilleux qu’est le Théâtre. Je ne peux que le remercier.

A cette époque, les comédiens - surtout les chanteurs et les musiciens - allaient au Café Louis XIV, qui existe toujours, qui est maintenant un grand restaurant. C’était un endroit où les artistes se donnaient des tuyaux pour obtenir du travail. Là, un certain M. Rip - connu dans le spectacle - a dit à ma mère que le théâtre de l’Odéon avait besoin d’une petite fille pour jouer la comédie. Il y avait très peu d’enfants comédiens à ce moment-là. J’ai donc été engagée à l’Odéon, j’avais 7 ans et j’y suis restée jusqu’à l’âge 35 ans.

La Gazette du doublage : Enfant, avez-vous eu besoin de prendre des cours de comédie ?

Renée Simonot : J’ai pris des cours vers 15 ou 16 ans avec Paupelix, Mme Samary, Mme Andrée Briey... Et puis, j’ai essayé d’entrer au Conservatoire mais je n’y suis pas arrivée. Mais cela n’a pas été du tout un handicap pour la suite de ma carrière. Au départ, je jouais des rôles d’enfants (le petit innocent de L’Arlésienne…) puis j’ai grandi et j’ai joué les petits pages. Ensuite, j’ai interprété les ingénues puis les jeunes premières. Ma carrière s’est vraiment déroulée normalement.