Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

CHRISTOPHE LEMAIRE
Petite histoire du fantastique fanzinat français.
Par Nicolas REYBOUBET

Christophe Lemaire, ancien de la bande Starfix, peut aujourd’hui sereinement contempler ses trésors de guerre : intégrale Jean Rollin en VHS ou avant affiche philipéenne de Super Inframan, celui que l’on nomme "le cinéphage" était présent dans les années de plomb. Aujourd’hui, tel un agent double démis de ses fonctions, il raconte..



Interwiew réalisée en Avril 2008

Objectif Cinéma : La cinéphilie quand est-ce que ça commence pour vous ?

Christophe Lemaire : .. en fait, je sais comment çela a commencé. Quand j’avais 8, 9 ans : en 68/69 ; mes parents ont acheté une télé et moi je devais aller dormir parce que j’avais école le lendemain. Se coucher alors qu’il y avait des films qui passaient à la télé ! J’étais tellement frustré de ne pas pouvoir les voir que je notais leurs titres en me jurant que je les verrai plus tard. Je pense que ma cinéphilie a débuté à ce moment là.

Objectif Cinéma : Par une frustration.

Christophe Lemaire : Et peut être une autre raison est que mon pére, (ndlr:Francis Lemaire), est acteur. J’ai donc baigné notamment dans le théâtre, il a fait quantité de théâtre, la télé, le cinéma populaire. Le film le plus connu dans lequel il a joué est l’Hotel de la plage de Michel Lang, une comédie des années 70 dans laquelle il joue un belge, puisque je suis belge... fils de belge.

A la fois frustration et hérédité.

Objectif Cinéma : Et votre attrait pour les acteurs de deuxiéme zone tel Sim ou Aldo Macione c’est quelque part pour réhabiliter votre pére ?

Christophe Lemaire : Oui, d’une certaine façon... certainement. J’ai un amour pour les seconds couteaux en général, les acteurs de second plan de tout ordre, surtout américains. Et je pense que les seconds rôles français sont des gens plus humbles que les "stars", qui plus est ceux d’avant, ceux qui cachetonnés. Ils ne décidaient pas vraiment des films dans lesquels ils allaient tourner. Leur but n’était pas de tourner dans de grands films mais de tourner tout simplement.