Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




La deuxième partie nous décrit un Philippe Abrams qui s’éclate pendant quinze jours avec ses collègues. Son objectif principal est atteint : il survit aisément et ne voit même pas la semaine passée lorsqu’arrive le vendredi et qu’il doit rentrer voir sa femme à Salon-de-Provence.

Mais cette période de fête où tout va bien va être remise en cause par l’apparition du climax médian ou 2ème pivot : croyant son mari vraiment dépressif, Julie décide de lui rendre visite à Bergues afin de le soutenir psychologiquement. On assiste alors à l’arc du personnage principal où Philippe Abrams est contraint de modifier son objectif principal. Celui-ci devient : montrer à sa femme que le Nord est bien tel qu’il le lui a décrit. Nouvel objectif, nouveau moyen.

[…]

Puis arrive un nouvel obstacle pour Philippe Abrams : Julie, au petit matin, en voulant se rendre à la poste, découvre la supercherie. Elle retourne immédiatement à Salon-de-Provence laissant son mari dans ses remords. C’est la crise, Philippe Abrams ne voit pas d’issue.

[…]

La conclusion ou dénouement débute par le climax ou paroxysme : les adieux de Philippe Abrams et de sa famille après trois années de bonheur passées à Bergues. La réponse dramatique nous est donnée : oui Philippe Abrams a survécu dans le Nord. Puis vient la désinence : Philippe Abrams emmène sa famille dans le Sud sur l’île de Porquerolles où il est muté. Cette mutation peut également être considérée comme un rebondissement final puisque Philippe Abrams obtient ce pourquoi il avait triché : une mutation sur la côte.

[…]

QUELQUES PROCEDES NARRATIFS

Pour compléter notre analyse, relevons trois procédés narratifs utilisés ici dans le but de donner un effet comique.

Nous avons un exemple de time-lock, procédé qui consiste à donner une échéance temporelle à un personnage, lors de la scène hilarante du fauteuil roulant. Surpris par l’arrivée du contrôleur du travail, Philippe Abrams n’a pas une minute à perdre et doit se dépêcher de se mettre dans la peau (et surtout dans le fauteuil roulant qu’il n’arrive pas à ouvrir) d’un handicapé.

[…]