Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

MY NAME IS
HALLAM FOE

de David MacKenzie
par Andrea GRUNERT

SYNOPSIS : Le jeune Hallam Foe souffre de la mort de sa mère qui s’est noyée et soupçonne sa belle-mère de l’avoir assassinée. S’isolant de sa famille, il guette les gens dans son environnement. Après avoir fait l’amour à sa belle-mère, il s’enfuit de la maison familiale et se rend à Édimbourg où il rencontre Kate qui est le double de sa mère défunte. Il trouve un emploi comme plongeur dans l’hôtel où Kate travaille et commence à l’espionner. Son rôle change quand il commence une liaison avec la jeune femme qui lui pardonne ses activités de voyeur. Une nouvelle rencontre avec sa belle-mère pousse Hallam à retourner sur la propriété familiale où il essaie de la tuer dans le lac où sa mère a trouvé la mort. Au dernier moment, il abandonne son projet. Après que son père lui a dévoilé les circonstances du décès de sa première femme, Hallam peut enfin se réconcilier avec lui-même.



Dans le dessin animé sur fond duquel se déroule le générique, on voit un oiseau qui, à peine éclos, quitte son nid afin de découvir le monde : il échappe à des rencontres dangereuses avec des bêtes sauvages et met d’autres animaux « dans le pétrin ». Ainsi se vide-t-il sur un ours qui, son attention ainsi détournée, ne remarque le piège à ours sur son chemin que trop tard. Ou bien, il pénètre dans un terrier de lapin et se fait allaiter par la mère-lapin. À la fin, l’oiseau à l’oeil vif retourne dans son nid où l’oeuf se ferme de nouveau sur lui. Hallam Foe (Jamie Bell) ressemble à cet oiseau impudent. Il n’est pas seulement l’intrus qui influence la vie des gens qui croisent son chemin mais réussit à échapper à des situations précaires.

Hallam Foe raconte l’histoire d’un jeune homme de dix-sept ans (c’est pendant le film qu’il va avoir dix-huit ans) pour qui il sera temps de quitter le nid, comme sa belle-mère Verity (Claire Forlani) le constate. Le départ est abrupt et dramatique, c’est une fuite qui le mène des montagnes écossaises à la grande ville où Hallam va vivre une série d’aventures et de mésaventures qui font du quatrième long métrage de David Mackenzie un récit d’initiation. Ce récit est constitué des étapes conventionnelles, à savoir le départ, le voyage et l’atteinte du but, de la quête héroïque telle que Joseph Campbell l’a découverte dans beaucoup de civilisations dans le monde entier et décrite dans son ouvrage fondamental Le héros aux mille visages (The Hero with a Thousand Faces, paru en 1949).