Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

L’AUTRE / THE OTHER

de Robert Mulligan
Par Marc BRUIMAUD

Synopsis : Une Nouvelle Angleterre paisible au soleil des vacances, des jeux d’enfants secrets, la nature verdoyante. Alors pourquoi ces morts qui ponctuent le lent écoulement des jours, ces accidents étranges dont l’horreur tétanise ? La réponse est terrible, car enfouie sous la terre, au plus profond des cœurs.



POINT DE VUE

Second volet (entre L’Homme sauvage et The Nickel ride) de sa « trilogie des genres » entamée après la rupture artistique avec Alan J. Pakula, L’Autre positionne définitivement Mulligan comme étalon parfait d’une modernité tranquille adoptant les apparences du classicisme, splendide paradoxe (malentendu) dont l’auteur paye encore les pots cassés, au grand désespoir de ses admirateurs (dont nous sommes depuis toujours). L’aptitude de sa mise en scène, rigoureuse et ascétique, à ne pas vieillir (idem avec The Nickel ride) devrait pourtant emporter l’adhésion, ainsi que l’indicible noirceur du propos (voir, par exemple, Un été en Louisiane, d’une persistante tristesse) suintant ici de chaque brin d’herbe en une lumière radieuse, sans qu’un quelconque répit interrompe le malaise jusqu’à l’abjection finale, révélée posément. Le temps ayant fait son office (35 ans de quasi-invisibilité), il est frappant de constater à cette relecture tardive (bravo MK2, mais il ne faudrait pas s’arrêter en si bon chemin) combien ce film cruel est à la fois conceptuel et vibrant, mental et viscéral, oxymore tutoyant les abîmes, hors esbroufe, humblement, digne ancêtre des paniques assassines de M. Night Shyamalan – sous un calme effroyable et au regard de tous. Bonus

Placés sous la responsabilité du critique Pierre Berthomieu, ils proposent tout d’abord une exégèse introductive (7’) assez contestable portant sur la carrière de Mulligan et privilégiant sans vraiment convaincre deux « films-phares » (Du silence et des ombres, Un été 42) qui ne nous semblent pas être les meilleurs du cinéaste. Affirmer en outre que sa filmographie décline après Un été 42 signifie faire abstraction de The Nickel ride, son chef d’œuvre crépusculaire, ou de quelques titres postérieurs extrêmement émouvants, voire bouleversants, comme Kiss me goodbye ou Un été en Louisiane.

En revanche, les analyses de séquences, très fouillées (mouvements de caméra, montage, lumière, couleurs, point de vue auctorial, etc.), s’avèrent assez exceptionnelles et surtout passionnantes, décryptant avec justesse et précision les composantes complexes de ce néo-classicisme problématique en montrant comment le cinéaste, par petites touches discrètes, transcende les conventions filmiques pour apposer sa griffe inimitable.

Quant à elle, la section consacrée au décorticage de la BO de Jerry Goldsmith constitue un sommet éblouissant d’intelligence, Berthomieu étant un spécialiste accompli de la musique de film hollywoodienne.






Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir