Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ULRICH SEIDL
Réalisateur
Entretien réalisé à Paris en Janvier 2009
Par Aurélien G.

Depuis bientôt vingt ans, Ulrich Seidl fait des documentaires qui ressemblent à des fictions, et des fictions qui ressemblent à des documentaires. En amenant ses acteurs, professionnels ou non, à un niveau d’authenticité et d’intensité extrêmes, il a créé un cinéma en marge des conventions. Perturbant les repères et le confort habituels du spectateur, le réalisateur autrichien lui offre une confrontation douloureuse avec sa propre réalité. Derrière la provocation assumée et le scandale de ses oeuvres se cache un humaniste qui, traquant sans pitié les bassesses humaines, montre ce que les autres cachent.
Dans Import/export, Olga, infirmière ukrainienne au chômage, part en Autriche pour trouver du travail. Agent de sécurité, Pauli, qui vient de perdre son emploi, fait le chemin inverse. A l’heure de la mondialisation, le corps ne serait-il plus qu’une monnaie sans valeur ? Fort, exigeant, impitoyable.



Objectif Cinéma : Au premier coup d’œil, ce qui frappe le plus dans vos films c’est la qualité de vos acteurs. Comment faîtes-vous pour obtenir d’eux une authenticité telle ?

Ulrich Seidl : Je travaille avec des professionnels comme avec des non-professionnels. C’est le mélange des deux qui donne des situations inattendues. A l’écran, ça se traduit par un aspect véridique impossible à obtenir avec uniquement des professionnels. Je conçois mes personnages de façon tout à fait authentique. Ce qui fait que, professionnels ou non, mes acteurs ont besoin d’un temps de préparation beaucoup plus important pour pouvoir rentrer dans le film et comprendre ce que j’attends d’eux.

Objectif Cinéma : Comment déceler chez un amateur, repéré dans la rue par exemple, un talent de comédien, une aptitude à se révéler juste devant la caméra ?

Ulrich Seidl : La période de casting est très longue. Pour Import/Export j’ai mis des mois à trouver les personnes qui interprètent les personnages d’Olga et de Pauli. Ce que je recherche d’abord ce sont des gens qui m’intéressent en tant qu’êtres humains ; des gens qui ont quelque chose à me dire et dont la vie est suffisamment intense pour pouvoir rendre des émotions à l’écran. D’un côté, on part toujours d’un rôle écrit à l’avance, mais ce que j’attends d’eux c’est qu’ils soient en mesure d’enrichir leur personnage.