Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

REMISE DES PRIX LUMIERES 2008
Ces "lumières" qui nous viennent de l’Etranger...
Par Laetitia HEURTEAU
Photos de Mireille Ampilhac

L’équivalent des Golden Globes se tenait à l’Hôtel de Ville de Paris, en cette fin de mois de janvier, pour sa quatorzième édition. La presse étrangère basée à Paris, invitée par l’UNI France, avait voté pour ses films favoris de l’année 2008. Qu’allaient donc nous dire ces "lumières" venant de l’Etranger ?



Vous n’avez pas idée comme le métier de journaliste de cinéma peut devenir parfois insupportable. Ainsi me faisais-je cette réflexion, en observant le spectacle de Paris et sa cathédrale illuminée qu’encadraient les grandes fenêtres de l’imposante salle de réception l’Hôtel de Ville, où le discours traditionnel de bienvenue venait de prendre fin.

Car travailler dans ces conditions inhumaines (le champagne à foison et les buffets trop bien garnis) relevait tout simplement de l’exploit. Il faut dire que la mairie de Paris avait mis les petits plats dans les grands pour accueillir la presse étrangère.

L’expression « un avant-goût des Césars 2009 » étaient sur toutes les lèvres, d’où perlait cependant aussi ce liquide doré et pétillant qu’on nomme plus communément champagne. Ainsi, un petit four ou deux (ou trois !) à la main, jonglant avec notre coupe, nous nous frayions un chemin pour observer les invités, jouer aux grands journalistes blasés (traduisons par branchés !) et trouver de nouvelles victimes pour nos prochains entretiens.

Manque de pot, le beau et fringant Vincent Cassel s’était fait la malle tout juste après la fin de la cérémonie. Mais dans notre grande magnanimité de cinéphiles avertis (et comprenant aussi que Monica n’attend pas !), nous l’avions parfaitement pardonné. Vincent Cassel, justement, venait de recevoir le Prix Lumière du Meilleur acteur, pour sa prestation bluffante dans Mesrine.

Le prix de la Meilleure actrice fut remis à la géniale interprète de Séraphine, Yolande Moreau qui, ravie en recevant la récompense qui prenait alors la forme d’une panthère, déclara : « c’est un beau rôle, fastoche ! »