Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

DVD

TOURIST TRAP

De David Schmoeller
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Un groupe de jeunes amis voyage à travers le désert et tombe en panne de voiture. Alors que l’un part à la recherche d’une station-service, les autres sont recueillis par monsieur Slausen (Chuck Connors), un homme qui vit en solitaire dans les montagnes, depuis la mort de sa femme. Sa maison abrite un véritable musée de cire rempli de mannequins qui ont l’air plus vrai que nature. Des mannequins qui semblent en fait bien vivants…



POINT DE VUE

Tourist Trap est le premier film de David Schmoeller, ainsi que sa première collaboration avec le producteur Charles Band. Suivront, entre autres, Fou à tuer (1986) avec le caractériel Klaus Kinski, et Puppetmaster (1989), dont les vedettes sont des poupées tueuses. Pour l’histoire de Tourist Trap, Schmoeller s’est inspiré de The Spider Will Kill You (1976), son court-métrage de fin d’études, dans lequel un homme seul imaginait que son mannequin de cire prenait vie. Son film saupoudré de fantastique est sorti à la même époque que Vendredi 13 (Sean S. Cunningham, 1980), Survivance (Jeff Lieberman, 1981), et Evil Dead (Sam Raimi, 1982), avec lesquels il partage le thème similaire du groupe de jeunes attaqués par un tueur fou, où par des forces maléfiques.

Dans Tourist Trap, un maniaque masqué est doté de pouvoirs télékinésiques s’avérant bien pratiques pour contrôler des mannequins, ainsi que pour lancer n’importe quel objet sur ses malheureuses proies. Au bout d’une heure, son identité est finalement révélée. Identité qui n’était pas bien difficile à deviner, même si le réalisateur s’était efforcé de brouiller un peu les pistes. Répétitif, le jeu du chat et de la souris entre le malade mental et ses victimes tend à devenir lassant. Toutefois, Schmoeller réussit savamment à créer un climat étrange, en peuplant les décors de mannequins animés et de mimes adoptant les gestes des poupées mécaniques. Un peu comme l’antre de J.F. Sebastian (William Sanderson) dans Blade Runner (Ridley Scott, 1982). Mais en plus menaçant….