Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

affiche Le Bannissement
LE BANNISSEMENT
de Andrei Zviaguintsev
Par Thomas GRASCOEUR

SYNOPSIS : Un homme, sa femme et leurs deux enfants, quittent une cité industrielle pour la campagne d’où est originaire le mari et s’installent dans la vieille maison du père de celui-ci. En contraste avec le lieu d’avant (la ville qui enjolive les rapports entre les personnages), le nouveau lieu est donc la Nature, une nature envoûtante. Et personne ne retiendra la main du père levée sur son fils. Aucune voix ne sera entendue, le fils ne sera pas remplacé par l’agneau. Car celui qui brandit le couteau n’entend pas, ses yeux ne voient pas, son coeur est sec. Mais sa foi en la "loi" de la fierté humaine est aussi violente qu’insatiable. Comme n’importe quel film, Le Bannissement parle, quelle qu’en soit la manière, de nous tous : de gens beaux et charitables plongés dans des circonstances tragiques et sans issue.



« J’attends un enfant. Ce n’est pas le tien. »

Comme dans Le Retour, Andreï ZVIAGUINTSEV s’appuie sur les codes du film noir pour mieux rebondir vers le symbole. Une voiture qui fonce à travers les champs, une balle qu’on extrait d’un bras, une famille qui fuit pour se réfugier à la campagne, l’atmosphère est lourde, terrienne, comme dans un Ridley SCOTT ou un film de mafia. Cependant, le rythme est lent, anormalement lent, le son inquiétant, et le cadre ne s’attache pas à l’action. Il traîne sur un arbre, sur l’homme qui se lave les mains après avoir extrait la balle, sur les poteaux électriques qui font des croix dans le ciel.

Dans Le Retour, il y avait un fait divers : un homme se présente à deux enfants ; c’est leur père, mais ils ne le reconnaissent pas. Il les emmène en voyage sur une île. Il meurt accidentellement en tombant d’une tour, pour rechercher un de ses fils. Ses enfants ramènent son corps en barque. Ils le reconnaissent enfin, mais à ce moment la barque coule et le corps disparaît. En filigrane, on pouvait y voir un commentaire des évangiles, plus précisément comment chaque homme est une figure christique.