Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

ROGER MOORE
A Paris à l’occasion de la parution de ses mémoires et de la remise des insignes de Commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres.
Par François JUSTAMAND

Sa boisson favorite est le dry Martini avec du gin Tanqueray. Son parfum préféré est Gentleman de Givenchy. Son tailleur est situé à Mount Street, à Londres. Il vit entre l’Angleterre, Monaco et la Suisse. Auréolé de gloire (c’est le moins que l’on puisse dire) dès les années 60, Roger Moore a été (et est encore, mais oui !) la star britannique la plus célèbre dans son pays et dans le monde (avec un certain Sean…). Tour à tour, chevalier, aventurier, Pair du Royaume et espion anglais – mais toujours avec humour, charme et distinction - il a su manier l’épée ou le pistolet et jouer du sourcil mieux que quiconque.



A l’occasion de la parution mondiale de ses mémoires, intitulées en français « Amicalement Vôtre » (aux éditions de l’Archipel), Sir Roger (il a été anobli par Sa Majesté en 2003) a commencé une tournée - telle une Rock Star - qui va le conduire un peu autour du monde. Avant son départ pour l’Australie et l’Asie, il a fait une escale de 4 jours à Paris où nous l’avons suivi. Le 28 octobre, Roger Moore, son épouse Kristina et son assistant personnel Gareth Owen se sont rendus dans l’une des arcades de la République, rue de Valois. En effet, c’est là que Christine Albanel, ministre de la Culture et de la Communication, lui a remis les insignes de Commandeur (Bond) dans l’Ordre des Arts et des Lettres. Dans l’assemblée se trouvaient quelques personnalités dont les comédiennes Mylène Demongeot et Blanche Ravalec (vous vous rappelez, elle jouait le rôle de Dolly, la fiancée de Requin, dans Moonraker).

Le lendemain, notre Michel Drucker national, qui a déjà reçu Roger Moore à plusieurs reprises par le passé (rappelez-vous notamment des « Rendez-vous du dimanche » spécial Moonraker en direct de Strasbourg !) l’a invité, cette fois, pour un « Vivement dimanche » en son honneur. A cette occasion, il a revu quelques-unes de ses partenaires à l’écran : Alexandra Stewart (Le Saint), Mylène Demongeot (L’enlèvement des Sabines) et Claudia Cardinale (Bons baisers d’Athènes) ont dit tout le bien qu’elles pensaient du beau Roger et livré quelques anecdotes de travail avec lui. La présence de Michael Lonsdale a permis d’évoquer quelques souvenirs du tournage de Moonraker. Nous avons même eu la surprise d’une invitée qui n’a pourtant pas tourné avec lui mais qui est le symbole même de la James Bond girl : Ursula Andress !

Le surlendemain, et dernier jour de son escale parisienne, Roger Moore a donné une conférence de presse au Fouquet’s. La ponctualité étant une qualité qu’il affectionne, il est pourtant arrivé avec 20 mn de retard. Aux journalistes présents, il a dit en français : « Bonjour mesdames et messieurs. Je m’excuse pour mon retard, mais ce n’est pas de ma faute, c’est la faute de ma femme ! » (sa discrète épouse suivait à deux pas derrière lui). Sacré Roger, toujours son humour…