Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LA LOI DU PROFIT
de Jawad Rhalib
Par Nicolas ONNO

SYNOPSIS :El Ejido, grosse bourgade de la province d’Almeria, dans le sud de l’Espagne, 75 000 habitants et « 17 000 hectares de terre bâchée de plastique blanc et bleu ». Le flux d’ouvriers agricoles immigrés venant du Maghreb est la composante essentielle de la production intensive de fruits et légumes frais revendus dans toute l’Europe.



POINT DE VUE

Vous êtes vous déjà demandé d’où provenait ce qu’il y avait dans votre assiette ? Ce documentaire décapant se propose d’y répondre. A travers le témoignage cru de trois clandestins, filmés dans leur quotidien, Jawad Rahlib dépeint la réalité acide d’esclaves modernes échangeant leur force de travail contre quelque misère. A peine de quoi assurer sa survie. Et cela au mépris de tous les droits élémentaires et de la dignité humaine, salaires indécents pour des journées sans heures, pas de contrat, pas de sécu. A l’instar de Driss, jeune Malien embauché à 60 euros par mois, plus une « chabola », construction de carton et de plastique sans eau ni électricité dressée au hasard d’un véritable labyrinthe de serres brûlantes.

La Loi du profit surprend les dessous de l’agriculture sous bâche, qui fait vivre dans une certaine opulence grands propriétaires terriens, gérants de serres et de coopératives. Pierre angulaire de la réussite économique de la région, le coût tarifaire sans égal de cette main d’œuvre non régularisée. Profit y rime avec exploitation. Et l’Eldorado européen se transforme vite en enfer. Outre le mal du pays, le racisme et la xénophobie ambiante, aucun espoir de permis de séjour pour les survivants du détroit de Gibraltar. L’exil volontaire se monnaye plusieurs milliers d’euros le passeport falsifié ou un convoyage risqué dans des barques de fortune. Pas le choix, il faut faire vivre la famille. « Au Maroc, c’est mieux que le paradis, car c’est chez nous. Ici, on n’est même pas des personnes, on n’est rien.  »