Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

CAPITAINE ACHAB
de Philippe Ramos
Par Géraldine AMGAR

SYNOPSIS : 1840. Qui aurait bien pu imaginer que ce jeune garçon lisant la Bible dans une cabane de chasse perdue au milieu des bois, deviendrait un jour capitaine de navire baleinier ? Personne. Et pourtant, de mains tendues en coups reçus, Achab grandit et s’empare des océans. Devenu un capitaine redoutable, il rencontre une baleine éblouissante de blancheur... Moby Dick.



POINT DE VUE

On se souvient de la dernière adaptation du célèbre roman d’Herman Melville, « Moby Dick » de John Huston (1956) ; si pour le réalisateur de « La grande évasion », ce film restera le plus périlleux et le plus complexe de sa carrière (deux ans de tournage, production en extérieur rarissime pour l’époque, dépassement de budget de 50%), il demeure un chef d’œuvre du film d’aventure, l’histoire d’un homme ravagé par un instinct de vengeance.

Présenté en Compétition au Festival de Locarno 2007, « Capitaine Achab » a été récompensé par le Prix de la mise en scène et le Prix Fipresci (presse internationale). Prenant à contre-pied l’odyssée marine de Huston, Philippe Ramos a imaginé une version étonnante, plus personnelle et très dépouillée, du roman de Melville, en choisissant de raconter toute l’existence du capitaine Achab, de la naissance à la mort -et non pas une étape de sa vie, comme c’est le cas dans « Moby Dick ». Sur les cinq chapitres du film, quatre sont une création pure, seul le dernier tableau « Starbuck » croise le roman de Melville. Au spectaculaire, Philippe Ramos –dont c’est le 2ème long-métrage- a préféré l’intime, entre onirisme et simplicité réaliste. Portrait d’un homme, qui finira par devenir l’emblème du héros d’aventure, « Capitaine Achab » s’attache à raconter le comment et le pourquoi d’une telle destinée.