Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




Rouleau travaille au fameux studio Wecker, rue de Douai. Il monte une pièce intitulée Altitude 3200 au théâtre de l’Étoile avec les jeunes comédiens que sont alors Bernard Blier et Odette Joyeux, qui enfantera plus tard... Claude Brasseur. Oury dit de son ami : « Blier, déjà tout en rondeurs, joue la comédie d’une façon dérangeante. Il décape ses répliques à l’acide, prenant le public à contre-pied, larmes d’émotion, larmes de rire. »

Recalé au Conservatoire, situé alors rue de Madrid, Blier obtient de Louis Jouvet la possibilité d’assister à ses cours en auditeur libre. Il fait très vite une première apparition au cinéma, dans le film Trois... sis... neuf (1937) de Raymond Rouleau. Il tourne ensuite dans Gribouille de Marc Allégret, dans Double crime sur la ligne Maginot de Félix Gandéra, dans La Dame de Malacca du même Allégret... avant de sortir, sans le prix de comédie convoité et probablement mérité, du Conservatoire où il avait fini par être admis. « J’étais ce qu’on appelle une jeune rondeur, déclara le comédien à propos de son concours d’entrée dans le rôle de Sganarelle, et c’est l’emploi de tous les grands rôles de Molière... ». On avait alors institué au Conservatoire un concours de diction obligatoire pour les élèves de première année, cours qui était assuré par René Simon. Pour améliorer son phrasé, les comédiens répétaient ce genre d’énoncés absurdes : « Huit petites truites fuyantes dans une cuillère. »

Au cinéma, il tourne avec Odette Joyeux mais aussi avec Dina Verny, qui sera le modèle du sculpteur Maillol, sans oublier le fantaisiste Maurice Baquet, etc. En 1938, il joue dans le nouveau film d’Allégret, Entrée des artistes, aux côtés du « patron », Louis Jouvet. Il est pressenti pour un second rôle dans La Bête humaine de Renoir mais le metteur en scène changera d’avis et engagera à sa place un autre titi parisien, Julien Carette. Il fait partie de la distribution d’un des films les plus cotés d’avant-guerre, Hôtel du Nord, signé par Marcel Carné.

Mobilisé pendant la guerre, il est interné par les Allemands au camp de passage de Reims d’où il tente de s’évader et se retrouve au Stalag, quelque part en Autriche, d’où il réussit à s’échapper en 1941 avec la complicité d’un officier autrichien bienveillant. Mis à part Jean Gabin et Michèle Morgan, peu de comédiens se sont exilés et Blier se retrouve à tourner pour la première production en France de la Continental, société allemande dirigée par Alfred Greven : L’Assassinat du Père Noël, de Christian-Jaque (cf.http://www.objectif-cinema.com/spip.php ?article4170). Ni collabo ni résistant, comme Jouvet et de nombreux autres comédiens, Blier ne cherche qu’à vivre de son métier et faire vivre sa famille. Goebbels précise ce qu’il attend du cinéma français : « J’ai donné des directives très claires pour que les Français ne produisent que des films légers, vides et, si possible, stupides. »