Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     






 

 

 

 




« Parler de ma relation avec Lee [Tergesen, avec qui il a une aventure homosexuelle dans Oz] est un peu comme manger une grosse glace au chocolat bien grasse. Je sais que c’est mauvais pour moi, mais je ne peux pas m’en empêcher. Je me surprends à le faire tout le temps, j’en rêve sans cesse. J’essaie de m’en débarrasser… », dit-il quant à son interprétation du bisexuel Chris Keller. Sur son statut d’icône gay, il paraît pourtant plutôt à l’aise. Pour preuve, ses innombrables apparitions publiques où il roule un patin à ses potes de travail. A propos de son partenaire, à la question de savoir qui embrassait le mieux, Tergesen enfonçait le clou : « C’est Meloni ! Quand j’embrasse ma femme, ça ne me rapporte pas un sou.  »

Parangon du décloisonnement actuel des stars des grands networks audiovisuels, Meloni, qui vient de fêter ses 48 ans, exerce son temps libre au 7e art, après avoir rempilé pour une dixième saison de SVU éreintante et quasi crépusculaire. Même s’il s’interrogeait encore sur la suite, hésitant à renouveler son contrat avec NBC. Une histoire d’augmentation de salaire réclamée de concert avec sa complice de toujours (Hargitay, autre pilier inamovible du show) qui est restée en travers de la gorge des dirigeants de la chaîne.

Car pour l’essentiel d’une carrière passée à écumer les plateaux de séries TV, où il s’est imposé, chaque semaine sur le poste, Meloni n’est pas demeuré prisonnier de son rôle. Il y a encore quinze ans, il serait sans doute resté Stabler. Pour traquer les pervers, sa rétribution annuelle avoisine tout de même les 6,5 millions de dollars (à peu près 330 000 $ par épisode).


VERVE COMIQUE ?

Moitié italien, moitié québécois, on le confond, à ses débuts, avec le comédien canadien Elias Koteas – la ressemblance est, il est vrai, frappante – et certains critiques lui trouvent de faux airs d’un jeune Robert De Niro. Fils d’un endocrinologue, diplômé en histoire à l’université de Boulder, l’ancien quarterback de son lycée endosse assez naturellement les rôles très physiques. C’est à la fin de la décennie 80 qu’il se fait connaître, avec la sitcom 1st & Ten sur HBO, dans laquelle il s’amuse en vedette des « California Bulls », une équipe ringarde de football américain. Il y croisera O. J. Simpson.

Apparu dans L’Armée des douze singes et Las Vegas Parano de Terry Gilliam, le natif de Washington éprouve parfois une veine comique inattendue. En témoigne sa petite composition de l’obsessionnel entraîneur de foot Bob Kelly, prétendant de Julia Roberts face à Richard Gere dans le sentimental Just married (ou presque). Légèrement allumé, Meloni y traite les névroses d’une ravissante emmerdeuse qui ne sait pas ce qu’elle veut comme si elle était sa patiente.