Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LE DERNIER VOL
de Karim Dridi
Par Laetitia HEURTEAU

SYNOPSIS : Dans le Sahara français de 1933, le célèbre pilote anglais Bill Lancaster a disparu avec son avion. Sa maîtresse et aventurière, Marie Vallières de Beaumont (Marion Cotillard) est déterminée à le retrouver. Elle croise sur son chemin, le lieutenant Antoine Chauvet (Guillaume Canet), en rupture avec sa hiérarchie. Singulière histoire d’amour sur fond de fresque historique, Le Dernier Vol est surtout une ode à l’abandon, à ce dérêglement des sens que seule la traversée du désert permet.



Le bel abandon amoureux de Marion Cotillard et Guillaume Canet

Dès les premières images du film, l’exigence artistique du réalisateur Karim Dridi saute aux yeux, comme une évidence. L’image de ces dunes aux ondulations sableuses infinies, le travail de la bande-son, de la recherche de mixité culturelle et musicale, jusqu’à la démarche des comédiens et figurants, tout concourt à nous faire passer une heure trente d’évasion et d’émotion savamment orchestrée.

Mais cette émotion est d’autant plus noble qu’elle se décèle uniquement dans la force du jeu des comédiens. Car Le Dernier vol raconte surtout des rapports humains aussi complexes que pudiques, où le recours à la parole se fait seulement quand il est vital. La vie dans le désert a rendu encore plus rigoureux les comportements entre militaires. Le jeune capitaine Vincent Brosseau (belle présence de Guillaume Marquet) est ce nouvel arrivant fraîchement sorti de Saint-Cyr et qui se retrouve confronté à des hommes accoûtumés à la vie indigène, désabusés, peu enclins à l’obéissance. La rébellion des Touaregs gronde en même temps que celle des hommes de Brosseau.