Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LE SILENCE DE LORNA
de Jean-Pierre et Luc Dardenne
Par Louise BURKAT

Synopsis : Pour devenir propriétaire d’un snack avec son amoureux Sokol, Lorna, jeune femme albanaise vivant en Belgique, est devenue la complice de la machination de Fabio, un homme du milieu. Fabio lui a organisé un faux mariage avec Claudy pour qu’elle obtienne la nationalité belge et épouse ensuite un mafieux russe prêt à payer beaucoup pour devenir belge. Pour que ce deuxième mariage se fasse rapidement, Fabio a prévu de tuer Claudy. Lorna gardera-t-elle le silence ?



POINT DE VUE

Quand Jean-Pierre et Luc Dardenne vont au festival de Cannes présenter leur dernier film on peut presque déjà leur réserver un prix. Les frères n’ont pas l’habitude de repartir les mains vides ! Si ce n’est pas la Palme cette fois-ci, trois fois n’est pas coutume (Rosetta en 1999 et l’Enfant en 2005), ce sera le Prix du scénario.

Lorna, une jeune albanaise, souhaite acquérir un snack avec son amoureux Sokol. Pour cela, elle s’associe avec un truand, Fabio, qui organise un mariage blanc avec Claudy (Jérémie Renier), un drogué, pour qu’elle obtienne la nationalité belge. Mais le plan ne s’arrête pas là. Le « camé » sera tué afin que Lorna puisse ensuite épouser un Russe prêt à payer très cher pour obtenir la nationalité belge.

Les films des frères Dardenne sont presque tous nourris de faits divers ou d’observations personnelles - Le silence de Lorna ne fait pas exception à la règle. Un récit très similaire leur a été rapporté par une travailleuse sociale en 2002. Après avoir tourné l’Enfant, ils sont revenus sur ce projet en septembre 2005.
Avec Le silence de Lorna, le spectateur familier des Dardenne se trouve en terrain connu tant le style des deux réalisateurs reste fidèle à leurs œuvres antérieures. On retrouve l’habituelle sobriété et pureté des dialogues ainsi que, sans surprise, Jérémie Renier leur acteur fétiche qui passe d’un rôle à l’autre avec une facilité surprenante. Le voici en drogué désespéré, après avoir incarné dans leur film précédent celui qui vend l’enfant de sa compagne. Son jeu subtil, tout en finesse lui permet d’aborder plusieurs personnages convaincants. Entre ses collaborations avec les deux frères qui lui ont permis de percer, il se tourne également vers d’autres réalisateurs qui convoitent son talent tel Oliver Assayas. Il y a aussi l’actrice « révélation », après Émilie Dequenne et Deborah François, c’est le tour d’Arta Dobroshi dont le jeu est regrettablement moins impressionnant que celui des deux autres actrices. Pour Le silence de Lorna, les deux frères sont allés jusqu’au Kosovo pour dénicher leur héroïne !