Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




Dès le début du film, le spectateur se trouve au plus près de la vie de Lorna ignorant tout de son passé et de ses projets. Ce n’est que peu à peu, au fil des conversations que l’intrigue se dévoile. La jeune Albanaise, semblable aux autres personnages des frères Dardenne, annonce un drame aux facettes multiples. Les films de Jean-Pierre et Luc Dardenne abordent des sujets délicats souvent dérangeants. Contrairement à d’autres cinéastes, ils ne se contentent pas de décrire les situations mais posent également des questions auxquelles ils apportent des éléments de réponse.

Malgré un mariage blanc avec Claudy et des relations très distantes, Lorna ne peut s’empêcher de l’aider lorsqu’il essaie d’arrêter la drogue. Elle tente aussi de faire obstacle au bon déroulement du plan machiavélique de Fabio. Rongée par les remords après l’assassinat de Claudy, Lorna est convaincue d’être enceinte. La « présence » de l’enfant sera la clé du pardon et l’espoir d’un retour en arrière.

Le titre du film devient explicite à partir de la mort de Claudy, Lorna prend peur et hésite à poursuivre les démarches aboutissant au second mariage. Soudain, elle prend conscience de l’immoralité de ce qu’on lui demande, de cet argent si sale avec lequel elle a pu acquérir le snack tant convoité.

La clandestinité des actions transparaît à travers le corps de Lorna, première victime de ces machinations – les bleus qu’elle s’inflige pour obtenir une procédure de divorce accélérée, la danse froide et distante avec le mafieux russe. On trouve également des objets, comme le téléphone portable, très présents en tant qu’intermédiaires entre les différents personnages. Le contact physique minime est accentué par ces médiums qui permettent aux individus de communiquer tout en les séparant de plus en plus.

En dépit de quelques longueurs lors des descriptions minutieuses du quotidien de Lorna, ce film des frères Dardenne semble, comme les autres, proches de nous à travers ses personnages et leurs histoires mais également grâce à sa réalisation. Même s’ils ont hésité à tourner ce film dans des studios, on peut les remercier de ne « pas lâcher prise avec la réalité » (J-P et L. Dardenne dans Positif) . Leur peur de la reconstruction artificielle nous a offert Le silence de Lorna, aux images plus lentes que d’habitude, mais criant de réalisme !






Acheter via : Annuaire des boutiques et magasins e-commerce
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon