Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Berlinale 2010 :

KRACAUER

La ville de Berlin lui rend hommage
Par Nicolas VILLODRE


En marge de la 60e Berlinale, nous avons eu l’occasion d’assister à une réunion de quartier, à Charlottenburg, en présence du député vert local, dans la sympathique librairie Timbooktu, à l’angle du Ku’Damm et de la Joachim-Friedrich-Straße, pas bien loin du domicile de l’actuel maire de la capitale, réunion qui a été animée par l’hospitalière maîtresse de maison, Manuela Molnos, ainsi que par le disert Joachim Neu, représentant de l’association de citoyens qui a demandé et obtenu des autorités qu’on rebaptise la place Holtzendorff du nom de Kracauer.

Plus exactement : Lili et Siegfried Kracauer. En effet, la ville de Berlin, très avancée sur bien des plans (écologie, transports en commun, civisme, tolérance en tous genres), cherche à promouvoir, comme le pays tout entier, l’égalité hommes-femmes. De ce fait, chaque inauguration de rue ou de place doit scrupuleusement respecter un certain nombre de règles dont celle du quota entre les deux sexes, valoriser sinon favoriser celui qui autrefois était considéré comme faible. Du coup, Siegfried Kracauer, qui était pourtant homosexuel, doit partager la place avec une femme, son épouse, en l’occurrence, Lili Ehrenreich, avec laquelle il cohabita dans ce quartier à partir de 1931.

Leur domicile se trouvait au quatrième étage d’un bel immeuble datant du début du 20e siècle, à l’angle de la place en question et du 35 de la Sybelstrasse, à l’étage où vit de nos jours la journaliste et écrivaine Uta Goridis. L’appartement des Kracauer, lumineux et haut de plafond, est de nos jours occupé par un cabinet d’avocats. Cette place n’a rien de spécial, rien de pittoresque, rien d’extraordinaire. À proximité, on a quelques commerces et notamment, rue Joachim-Friedrich, outre la librairie Timbooktu déjà citée et l’hôtel 101 Ku’Damm, une très chaleureuse trattoria sicilienne, Da Pipo (un peu moins snob que l’excellent Francucci, l’un des restaurants italiens les plus animés le soir, qui est assez proche), l’indispensable boutique bio, quelques cafés comme Bei Jutta, Schrill, un excellent glacier, Vanille und Co, un grand lycée en briques rouges, des magasins russes de vêtements de seconde main.