Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

CANNES 2009
LE JURY DE LA DISCORDE
Par Pierre BENEDETTI

Contrairement au vernis officiel de circonstance, le choix de la Palme d’or attribué au Ruban Blanc ne semble pas avoir été Un long fleuve tranquille. La présidente Isabelle Hupert et son style autoritariste, décrié par certains, a donné lieu à quelques tensions. Retour sur une ambiance de Conte de Noël.



À écouter les rumeurs de la Croisette, l’ambiance au sein du jury n’avait rien d’une paisible Nuit d’ivresse printanière. Bien au contraire ! Les mauvaises langues assurent avoir assisté à un court-métrage de douze jours intitulé Kinatay, ce qui signifie massacre en philippin. Un massacre dans lequel la présidente Isabelle Hupert aurait pu voler le prix d’interprétation masculine à Christopher Walz, pour son rôle du colonel allemand dans l’opus de Tarantino.

D’ailleurs, il s’en est fallu de peu pour que l’actrice ne dévore, d’une bonne croquée vampirique à la Thirst, le réalisateur James Gray, avec qui elle entretenait des rapports exécrables, d’après Libération.

Rapidement, les spectateurs ont compris qu’Isabelle Huppert et Asia Argento n’imiteraient pas le sublime duo de Samson et Deliah, un genre de Bonnie and Clyde à l’australienne.

La faute au goût immodéré de l’actrice italienne pour les soirées cannoises selon Le Parisien. « Vous feriez mieux de voir les films plutôt que de faire la fête », a pesté Isabelle l’autoritaire à Asia la sulfureuse, qui a rétorqué « Vous n’êtes pas ma mère ! ». Bonjour l’ambiance !

Même le choix de la Palme d’or a donné lieu à un vif affrontement entre le choix de la présidente en faveur d’Anti-Christ et le clan Gray qui votait pour Le Prophète. Afin de nouer le compromis, Le Ruban Blanc s’est imposé comme un terrain d’entente.

Mais attention, « l’omni présidente », comme certains l’ont surnommée, a aussi su se montrer cordiale, chaleureuse, notamment en épargnant Charlotte Gainsbourg d’une seconde excision avec le prix d’interprétation féminine.

Au final, le grand perdant de la soirée a été sans aucun doute le jury lui-même, malheureux d’être passé à deux doigts de la Palme du remake, pour son interprétation du film Etreintes Brisées.