Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Franck Hervé
FRANCK HERVE
Adaptateur du doublage
de Star Trek

Entretien réalisé
le 24 octobre 2009
par François JUSTAMAND

Remerciements
à Paul-Hervé BERREBI


C’est en faisant ses débuts au sein de sociétés comme Teletota, Mediadub et Synchro Mondial entre autres, que Franck Hervé a appris son métier d’adaptateur de doublages. Après avoir commencé à travailler sur les versions françaises de séries comme Arabesque ou Code Quantum, il a eu l’opportunité de se tourner vers l’adaptation de films cinéma. On lui doit notamment les dialogues en VF de films importants comme Master and Commander, Transformers ou Star Trek de J.J. Abrams.
Nous vous proposons cet entretien réalisé au 6ème Salon des séries TV et du cinéma.



La Gazette du doublage : Quel parcours avez-vous suivi pour devenir adaptateur ?

Code Quantum Franck Hervé : Je n’ai pas eu de formation particulière. Je suis entré, tout à fait par hasard, dans le milieu du doublage fin 1986-début 1987 chez Télétota, à l’époque comme assistant de plateau. Au bout de quelque temps, on m’a proposé de faire de la détection – cela consiste à reporter sur une bande rythmo tous les mouvements de bouche des personnages du film pour que les dialoguistes puissent écrire leur texte par dessus. En faisant ce travail, j’ai rencontré des gens qui m’ont confié aussi quelques adaptations de dessins animés. Et puis cela s’est bien passé, et de fil en aiguille, assez rapidement, je me suis mis à travailler sur des séries comme Code Quantum, Arabesque, Sauvés par le Gong, Millenium, Gun... Pour accéder à cette profession, il n’y avait pas véritablement de cursus imposé à l’époque. Aujourd’hui certaines universités comme celles de Nanterre et de Nice proposent des formations pour le doublage/sous-titrage. En ce qui concerne le doublage, c’est une « gymnastique cérébrale » que l’on apprend surtout en pratiquant. Je ne pense pas me tromper en disant que la plupart des adaptateurs de ma génération sont venus à ce métier par hasard. A l’époque on ne se disait pas « Plus tard, je serai auteur de doublage ! ». Aujourd’hui en revanche, avec la médiatisation de notre profession, il est possible que ce métier suscite des vocations chez les jeunes étudiants.

La Gazette du doublage : Vous adaptez souvent les films distribués par Paramount je crois ?

Logo DreamWorks Franck Hervé : Paramount, DreamWorks également depuis quelques années, Universal aussi, des distributeurs comme Le Pacte, Pampa Production et des sociétés de doublage avec qui je travaille depuis longtemps et pour qui je fais des séries ou des téléfilms. C’est vrai que lorsqu’un distributeur fait appel à vous, et que vous lui donnez satisfaction, il a tendance à vous contacter régulièrement.