Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Georges Caudron & Caroline Beaune au 6ème Salon des séries
GEORGES CAUDRON
& CAROLINE BEAUNE

(partie II)

Entretien réalisé
le 24 octobre 2009
par François JUSTAMAND

Remerciements à
Pascal LAFFITTE


Série fantastique phare des années 90 démarrée en 1993, X-Files s’est étalée sur 9 saisons pour un total de 201 épisodes et deux films sortis en salles. Composant deux enquêteurs du FBI aux prises avec le paranormal, ses principaux interprètes ont été récompensés pour avoir incarné des personnages on ne peut plus marquants, l’un cartésien, l’autre plus ouvert au surnaturel.
Gillian Anderson a ainsi reçu un Emmy Award en 1997 et David Duchovny un Golden Globe la même année. Popularisée en France sous le titre X-Files - Aux frontières du réel, la série a été diffusée sur M6 à partir de 1994.
De haut niveau, son doublage français a beaucoup contribué à son succès. Georges Caudron a doublé le personnage de Mulder pendant les 7 saisons où il est apparu et Caroline Beaune a prêté sa voix à Scully durant les 9 saisons entières. Mais même s’il n’a pas participé en tant que comédien aux deux dernières saisons, Georges Caudron a continué à participer à l’aventure en en dirigeant plusieurs épisodes.
Nous avons reçu et interviewé ces deux comédiens de talent au 6ème salon des séries tv et cinéma.



DEUXIEME PARTIE : LE DOUBLAGE D’X-FILES

La Gazette du doublage : Comment êtes-vous arrivés sur le doublage d’X-Files ?

X-Files : I want to believe Georges Caudron : J’avais déjà doublé Duchovny dans Beethoven dans lequel il jouait le méchant. Je suis arrivé sur le casting par les directeurs de plateau en disant que je l’avais déjà fait. Lorsque l’on a doublé le premier épisode avec Caroline, immédiatement ça a fonctionné. Je ne sais pas pourquoi, il y a eu une osmose entre nous. Rien que de voir le générique, on a compris que ça allait marcher. On a fait notre travail le mieux possible mais, ensuite, on a été dépassé par le succès de la série. On a su tout de suite qu’il y avait quelque chose entre nous (Caroline acquiesce). Et en plus, dans la vie, moi j’ai envie de croire à tout, Caroline ne croit à rien ! (rires du public). Il y a une rencontre avec les personnages tout à fait drôle. Je crois d’ailleurs aux extra-terrestres ! Mon film favori est 2001 l’odyssée de l’espace (rires de Caroline et du public). Je suis d’accord avec Mulder : « I want to believe ! » Caroline est comme Scully, elle ne croit à rien ! (Rires du public.)

Caroline Beaune : Au tout début, c’était drôle d’ailleurs, car lorsque l’on a enregistré dans des studios improbables, qui étaient à Epinay, c’étaient les débuts de Dubbing Brothers, et on voit ce qu’ils sont devenus maintenant – (Georges ajoute : « Un peu grâce à nous, il faut bien le dire !). Peu à peu, ils ont pris de l’ampleur ; cette série a dû drôlement les « booster » !

Georges Caudron : A chaque fois qu’un journaliste venait pour voir les studios, et pour voir comment se passait un doublage, nous étions présents. Sur les articles, il y avait souvent l’association entre Dubbing Brothers et le doublage d’X-Files.

Caroline Beaune : Il faut dire aussi que nous formions une équipe avec Patrick Siniavine, qui a écrit les textes français et qui est un très bon auteur, tout comme Philippe Videcoq, (Georges ajoute : « Jean-Pierre Mallardé, Mario Santini... » Des professionnels de très grand qualité. Nous, on arrivait en bout de chaîne mais c’est important de dire qu’il y avait toute une équipe autour de nous.

Georges Caudron : Et puis, il y avait tous les amis comédiens que nous accueillions. En 200 épisodes, nous avons vu beaucoup. Ils étaient contents de venir travailler avec nous ! Les rôles de « guests » étaient formidables. Tout le monde était enthousiasme de doubler dans cette série.

Caroline Beaune : C’est vrai, ce qui était formidable dans chacun des épisodes, c’est qu’il y avait les deux rôles principaux, mais comme tu dis, mais à chaque fois il y avait des histoires incroyables avec des personnages très importants autour. C’était tout un équilibre.