Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

BERLINALE 2012 : HAYWIRE
de Steven Soderbergh
par Nicolas VILLODRE


Exercice de style un peu vain et name dropping vantard, un brin complaisant, signé Steven Soderbergh, qui se regarde filmer en alignant tout un tas de faux-amis (Channing Tatum, Michael Fassbender, Ewan McGregor, Michael Angarano, Antonio Banderas, Michael Douglas, Mathieu Kassovitz, etc.) convoqués entre deux tournages dispensables pour faire de la figuration plus ou moins intelligente. Ça tombe bien, pas besoin d’apprendre trop de texte, puisqu’il s’agit d’agitation, autrement dit d’un film d’action.

Le rôle principal de ce film de genre est confié à une trentenaire du genre baraqué, Gina Carano, ex-championne en arts martiaux, de l’autre côté de l’Atlantique, qui joue l’ex-marine devenue agent secret à côté d’individus doubles mais pas vraiment troubles, cherchant à la zigouiller, on ne sait trop pour quelle raison, de Barcelone à Majorque, en passant par l’Irlande et le Nouveau Mexique. La brune file à l’anglaise et s’en tire à chaque fois. On a aussi un gag amusant lors d’une poursuite en voiture, à fond la caisse en marche arrière dans la forêt enneigée... Cela permet en tout cas à l’équipe du film de faire du tourisme aux frais de la princesse. C’est déjà ça.

L’image n’est pas mal, d’ailleurs, il faut reconnaître. Assez léchée, même. Et subtilement montée sur un rythme assoupi, contrastant volontairement avec le profilmique plus heurté. Les bagarres sont justement chorégraphiées et on n’est, par moments, pas très loin du film de Tsui Hark.

La B.O., en revanche, est nulle et non avenue.