Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




DOUBLAGE

Daniel Gall commence le doublage en 1966 en passant un essai au Poste Parisien aux Champs Elysées pour la série Les incorruptibles. Il est ensuite pris pour d’autres séries comme L’homme de fer et La grande vallée (2). A partir de la fin des années 60, il devient une voix repérable du doublage français, sur un soldat manchot dans Le bon, la brute et le truand (Sergio Leone, 1968), le prêcheur dans Pendez-les haut et court (Ted Post, 1968). Il accède ensuite très rapidement au doublage d’acteurs ou de personnages plus importants : Hiram Keller / Ascilte dans Satyricon (Fedrico Fellini, 1969), Roy Thinnes dans Danger, planète inconnue (Robert Parrish, 1969) et dans L’odyssée du Hindenburg (Robert Wise, 1975), Terence Hill dans T’as le bonjour de Trinita (Ferdinando Baldi, 1967) et La colline des bottes (Giuseppe Colizzi, 1969). Il a été l’un des premiers à doubler Harrison Ford, dans Conversation secrète (Francis Ford Coppola, 1974) et c’est lui que l’on entend sur Yuri Solomin, l’interprète du Capitaine Vladimir Arseniev dans le très beau Dersou Ouzala (Akira Kurosawa, 1975).

Goldorak et ActarusEn 1978, il se met à doubler Actarus, le héros de la série animée Goldorak, dont l’adaptation française est signée par le comédien Michel Gatineau, qui s’est peut-être inspiré du peplum Goldocrack à la conquête de l’Atlantide (Alfonso Brescia, 1965), pour trouver le nom français du robot géant piloté par Actarus ! Goldorak connut un succès incontestable en France et son doublage, en particulier la prestation remarquable de Daniel Gall y contribua très certainement. Au point que lorsqu’il fallut doubler en 1999, Goldorak : L’attaque du Dragosaure et Goldorak contre Great Mazinger, courts dessins animés restés jusqu’alors inédits, Daniel Gall fut contacté pour reprendre le rôle d’Actarus. Le contraire aurait été impensable. Lors d’une interview à la Gazette du doublage accordée le 13 avril 2006, Grégoire Parcollet, fondateur du studio de doublage Chinkel en charge des ces doublages tardifs avait parlé ainsi du travail de Daniel Gall et de Jane Val (qui faisait la voix de Vénusia, l’amie de cœur d’Actarus) : « Pour Goldorak, nous avons retrouvé les mêmes comédiens. Ce qui a été assez comique d’ailleurs, car quelques années avaient passé entre-temps. « Avec Daniel Gall pour la voix d’Actarus, cela marchait très bien. En revanche, la voix de Jane Val qui doublait Vénusia, avait quelques années de plus (rires), et le résultat était un peu ridicule, même si au demeurant l’intéressée était une excellente comédienne ! » (3)

A la fin des années 70, il double Bill Bixby qui incarne le docteur David Banner, malheureuse victime d’une dose massive de rayons gamma le transformant en géant vert lorsqu’il s’énerve, dans la série américaine L’incroyable Hulk (1977-1982). A l’instar de ce qui se passera pour Goldorak, Daniel Gall sera rappelé des années après pour doubler de nouveau Bill Bixby dans les téléfilms suivant la série : Le retour de l’incroyable Hulk (1988), Le procès de l’incroyable Hulk (1989) et La mort de l’incroyable Hulk (1990).

Derrick et KleinA partir de la fin 1985, on l’entend sur Fritz Wepper, jouant le policer Harry Klein, fidèle assistant de l’inspecteur Derrick, doublé par Michel Gatineau puis après son décès par Jean Michaud. Diffusée, rediffusée, archi-rediffusée, la série allemande Derrick (1974-1998) fera les très riches heures de feue la chaîne La Cinq puis de France 3. Autre série policière, mais cette fois-ci américaine, dans laquelle Daniel Gall a un rôle récurrent consistant, New York Police Judiciaire, pour laquelle il doublera Jerry Orbach de 1991 à 2004, date du décès de l’acteur.