Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Berlinale 2013 :
Promised Land
Par Nicolas VILLODRE


Un tandem de représentants d’une puissante compagnie ayant pour but caché d’exploiter le gaz de schiste tente de convaincre les habitants d’une petite ville de Pennsylvanie de céder le droit de forage sur leurs terres pour tirer profit des ressources du sous-sol… Matt Damon, acteur, aux côtés de sa partenaire, l’excellente Frances McDormand, est par ailleurs le scénariste (avec un autre comédien du film, John Krasinski) et le producteur de ce film. Gus Van Sant, spécialiste de l’american way of life, a été chargé de réaliser une bande hollywoodienne pas trop dérangeante, avec des prises de vues léchées, pour ne pas dire académiques, au contenu militant, condamnant une industrie garantissant en principe l’indépendance énergétique des USA mais qui a la particularité d’être extrêmement polluante.

Le résultat se laisse voir. Le film est joliment exécuté, techniquement parlant, les personnages, correctement campés, et le faux écolo, provocateur à la botte de la firme, parfaitement analysé et campé. Pour toucher les spectateurs de l’Amérique profonde, les auteurs usent des clichés et, parfois même, les retournent avec intelligence. Ainsi, le morceau de music plouc (« country ») chanté dans le bar n’est pas un tube réac mais au contraire une chanson progressiste du Boss, Bruce Springsteen.

L’opus s’inscrit dans l’engagement actuel des stars californiennes en faveur des causes les plus nobles (famine dans le monde, lutte contre le SIDA, déforestation en Amazonie, répression au Tibet, etc.). Comme quoi, le cinéma américain est capable d’aborder les sujets de l’actualité la plus brûlante, avec les moyens qui sont les siens, pas seulement sous la forme documentaire, et de prendre aussi le risque de déplaire au grand public.