Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Berlinale 2013 :
Lovelace
Par Nicolas VILLODRE


Nous avons ici un biopic particulièrement réussi retraçant la brève carrière d’une des plus grandes stars de l’histoire du cinéma porno, Linda Lovelace, devenue mondialement célèbre grâce au film de Gerard Damiano Deep Throat (1972). Comme de bien entendu, la jeune fille est manipulée par un tenancier de bar-maquereau (excellemment campé par Peter Sarsgaard) qui l’exploite et la brutalise…

Les parents de la bougresse sont joués par Robert Patrick et… Sharon Stone herself, qu’on met un certain temps à identifier, assumant pleinement sa maturité, métamorphosée de façon à faire même un peu plus que son âge, ainsi changée en sexy sexa – en fantasmatique cougar. Amanda Seyfried, dans le rôle-titre, est bien plus convaincante que dans celui de Cosette (cf. Les Misérables, musical projeté le soir même au Friedrichstadtpalast.

La B.O. est plaisante et on regrettera la brièveté des extraits de tubes de l’époque, tant ils swinguent et rythment le film. Surtout, les coiffures et les costumes sont extraordinaires : stylisés et/ou soigneusement confectionnés, avec naturellement tous les tics des seventies (pattes d’eph disco, cols pelle à tarte, jeans kitsch, robes et corsages fleuris, chemisettes cintrées, teintes audacieuses). On se doit de saluer le talent de Karin Wagner.