Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 




Zero Dark Thirty (DR) Puis a eu lieu la remise du premier prix de la soirée. Celui du meilleur sous titrage pour un film anglophone a été décerné à la charmante Maï Boiron pour son adaptation de Zero Dark Thirty de Katryn Bigelow (distribué par Universal). On l’a sentie très émue, elle a remercié Georges Dutter qui l’avait lancée il y a 22 ans de cela. Elle a aussi longuement évoqué le colonel avec lequel elle a collaboré pour mieux saisir et aborder le vocabulaire militaire. Cet homme avait d’ailleurs lui-même participé à la chasse à l’homme engagée contre Ben Laden.

Par la suite, c’est Belinda Milosev qui a été récompensée pour son adaptation de La parade de Srdjan Dragojevic (Sophie Dulac Distribution). Elle-même d’origine serbe, elle était très reconnaissante et fière de pouvoir promouvoir un film tel que celui-ci hors de ses frontières. Elle a remercié longuement ses parents pour lui avoir transmis leur langue tout en étant loin de leurs pays d’origine.

Pour compléter le programme, nous avons assisté à la remise de deux prix concernant le doublage, une première cette année :

Sur la route (DR° Celui de la meilleure adaptation pour un film en prises de vues réelles a été décerné à la touchante Claire Impens pour son travail sur Sur la Route de Walter Salles, adapté du roman éponyme de Jack Kerouac. Il est distribué par MK2 diffusion et Philippe Blanc en a dirigé le doublage.
Claire Impens a raconté sa longue histoire d’amour avec Jack Kerouac. En effet elle s’est passionnée dès ses 16 ans pour le roman qu’elle a ensuite choisi d’étudier en mémoire de maîtrise. Et voilà quelques mois on lui a proposé d’en faire l’adaptation, sans connaître sa passion pour l’auteur. C’est donc un superbe signe du destin pour elle, et elle en était très touchée lors de la réception de son prix.

Enfin pour clôturer la soirée, le sympathique Bob Yangasa a été félicité et récompensé pour son travail sur le film d’animation Pirates : bons à rien, mauvais en tout, distribué par Sony Pictures. La direction artistique a été réalisée par Barbara Tissier aux studios de Saint Ouen. Bob Yangasa a parlé du grand plaisir qu’il a eu à travailler sur ce film au vocabulaire si particulier plein de drôleries et de gags. Un défi à adapter mais une grande satisfaction finale.