Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Private Parts
PRIVATE PARTS
De Paul Bartel
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : La jolie Cheryl Stratton (Ayn Ruymen) est une jeune fille qui a fui ses parents pour aller vivre à Los Angeles. Après s’être disputée avec sa colocataire Judy (Ann Gibbs), Cheryl trouve refuge chez sa tante Martha (Lucille Benson), une femme rigoriste qui tient un hôtel vétuste, dont tous les occupants semblent sortir d’un hôpital psychiatrique. Installée dans une chambre sinistre, Cheryl a vite l’impression d’être épiée par l’occupant de la chambre voisine. Pourtant, sa tante Martha persiste à lui dire que cette pièce n’est occupée par personne. Une chose est sûre, le séjour de Cheryl au King Edward Hotel ne sera pas de tout repos…



POINT DE VUE

Ayn RuymenA ne pas confondre avec Howard Stern’s Private Parts (Betty Thomas, 1997), Private Parts est le premier long-métrage réalisé par Paul Bartel (1938-2000). En cette occasion, ce film à petit budget a été produit par Gene Corman, le frère du légendaire producteur et réalisateur Roger Corman pour qui Bartel dirigea la seconde équipe de Big Bad Mama (Steve Carver, 1974), et qui plus tard produira l’œuvre la plus connue de Bartel : l’iconoclaste Death Race 2000 (1975). Dans ce petit joyau de la série B, les participants à une course futuriste de voitures, parmi lesquels figuraient David Carradine et Sylvester Stallone, marquaient des points en écrasant le plus de piétons sur la route !

Mélangeant comédie satirique et thriller avec ses effets musicaux renforcés, Private Parts narre les (més)aventures d’une jeune fille encore très proche de l’adolescence, qui découvre sa féminité dans un univers quelque peu déjanté, peuplé de freaks pitoyables. La tante Martha est aussi déséquilibrée que la mère de Carrie White, l’infortunée héroïne du roman Carrie de Stephen King, dont Brian De Palma tira un film, réalisé quatre ans après celui de Paul Bartel. Elle soutient à Cheryl que le corps est une prison dont la mort permet la délivrance et électrifie sadiquement le clou où sont pendues les clés des chambres de son hôtel ! Les occupants de l’hôtel eux-aussi sont assez spéciaux : un révérend libidineux (Laurie Main), une horrible vieille édentée (Dorothy Neumann) et George (John Ventantonio), un mystérieux photographe… amateur de poupées gonflables sur lesquels il simule l’éjaculation avec l’aide d’une seringue (pratique qui sera expliquée durant le film).

Paul Bartel s’est souvent amusé à railler les pratiques sexuelles « hors normes » de ses contemporains, comme dans le très amusant Eating Raoul (1982) non seulement écrit, réalisé mais aussi joué par Bartel qui y incarnait l’un des deux personnages principaux. Eating Raoul montrait un couple, l’esthète et chaste Paul Bland (Paul Bartel), en compagnie de son épouse Mary (Mary Woronov), qui attirait les partouzards de Los Angeles, pour ensuite les trucider afin de récolter suffisamment d’argent pour ouvrir le restaurant de ses rêves. Dans Private Parts, Cheryl pénètre dans les chambres des résidents, pour y découvrir à chaque fois les fantasmes particuliers à chacun. Intriguée par le comportement voyeuriste de George le photographe, Cheryl va accepter de se livrer avec lui à un petit jeu pervers dont personne ne sortira indemne…