Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

The War in Space
LA GUERRE DE L’ESPACE
De Jun Fukuda
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Alerte rouge ! Rien ne va plus sur Terre ! Des Extra-terrestres ayant leur base sur Vénus, lancent une attaque surprise qui décime la population de nombreuses villes comme New York, Moscou, Paris et Londres. Le professeur Takigawa (Ryo Ikebe), inventeur du Gohten, un vaisseau spatial surpuissant, se retrouve à la tête d’une mission périlleuse : localiser puis détruire la base secrète des belliqueux Aliens. L’avenir de notre planète en dépend !



POINT DE VUE

Yuko AsanoThe War in Space (dont le titre original japonais est Wakusai Daisenso), se distingue comme étant le premier Space Opera produit par le studio japonais Toho, principalement connu pour sa série de films mettant en vedette le monstre géant Godzilla. Le producteur Tomoyuki Tanaka (1910-1997) eut une idée insolite : un vaisseau spatial ressemblant à un sous-marin, propulsé dans l’espace pour y combattre des forces ennemies. Le réalisateur Jun Fukuda (1923-2000), auteur de plusieurs aventures de Godzilla, comme Godzilla vs. Gigan (1972), Godzilla vs. Megalon (1973), Godzilla vs. Mechagodzilla (1974) se vit confier le soin de mettre cette fois-ci en scène une bataille spatiale entre des Terriens et des Extra-terrestres. Sorti au Japon avant Star Wars Episode IV – A New Hope (George Lucas, 1977), mais un an après ce dernier, en Europe, The War in Space souffre de la comparaison. Alors que le film de George Lucas mélange habilement romance, action, humour, celui de Fukuda adopte un ton sérieux supportant mal le poids des ans, tandis que l’humour, s’il est présent, est à chaque fois involontaire.

Le professeur Takigawa (Ryo Ikebe) prend donc les commandes de son vaisseau le Gohten pour aller anéantir la menace venant de l’espace. Outre sa fille scientifique, son équipe comprend de valeureux pilotes tous japonais, à l’exception de Jimmy (Michael Perin), un jeune américain parlant couramment Japonais grâce à la magie du doublage ! Les péripéties ne tardent pas à arriver, mais elles sont loin d’être palpitantes. En vérité, de nombreuses scènes paraissent assez maladroites, voire ridicules, comme ce flash-back montrant la joyeuse famille de Jimmy, anéantie depuis par les Aliens. Le trio amoureux constitué par Jun Takigawa (Yûko Asano) le seul personnage féminin, dont le cœur balance entre les deux amis Miyoshi (Kensaku Morita) et Muroi (Hiroshi Miyaushi), laisse deviner que l’un des deux hommes aura un destin tragique, pour que l’autre ait le champ libre. Un monstre (en réalité un comédien dans un pyjama poilu) à la solde des méchants Extra-terrestres, fait vaguement penser au Chewbacca de la série Star Wars, à la différence près qu’il arbore une paire de corne du plus bel effet. Quant au Commandant Hell, autoproclamé Empereur de la galaxie, il fait plus ricaner que frissonner avec sa balayette rouge au sommet de son casque romain !