Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

LA MAISON SUR LA COLLINE
De Robert Wise
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Victoria Kowelska (Valentina Cortese), une ancienne détenue dans un camp de concentration polonais, décide de prendre l’identité de Karin Dernakova (Natasha Lytess), son amie défunte qui avait une tante fortunée vivant aux Etats-Unis. Cette usurpation permet à Victoria de partir pour les Etats-Unis où elle veut retrouver Chris (Gordon Gebert), l’enfant de Karin, âgé de neuf ans. Arrivée à San Francisco, Victoria apprend que Chris est l’héritier d’une fortune colossale. Elle s’éprend d’Alan Spencer (Richard Basehart), le tuteur légal de Chris et n’ose pas lui avouer la vérité sur son identité. Ayant épousé Alan, Victoria s’installe dans la grande demeure familiale située sur Telegraph Hill. Elle fait la connaissance de Margaret (Fay Baker), la gouvernante de Chris. Dès le début, les deux femmes ne s’entendent pas. Victoria s’attache de plus en plus à Chris et petit à petit, commence à soupçonner son époux, ainsi que Margaret de vouloir attenter à leurs jours. Elle se confie au Major Marc Bennett (William Lundigan) qu’elle avait rencontré au sortir de la Guerre et qui s’avère être le seul confident en qui elle ait confiance.



POINT DE VUE

Valentina CorteseAdaptation d’un roman de Dana Lyon intitulé The Frightened Child, The House on Telegraph Hill s’apparente plus, par son thème de femme en détresse, au mélodrame qu’au film noir. Le film de Robert Wise (1914-2005) fait penser à No Man of Her Own (Mitchell Leisen, 1950) et son adaptation française J’ai épousé une ombre (Robin Davis, 1983), d’après le roman I Married a Dead Man de Cornell Woolrich, dans lequel une femme prenait l’identité d’une morte. Les craintes ressenties par Victoria/Karin se rapprochent de celles éprouvées par Joan Fontaine dans Suspicion (Alfred Hitchcock, 1941), où une jeune mariée suspectait son mari de vouloir l’empoisonner.

Actrice d’origine italienne, Valentina Cortese (ou Cortesa) débuta une courte carrière américaine avec Thieves’ Highway (Jules Dassin, 1949) avant de repartir jouer avec succès dans son pays natal, quelques années plus tard. Elle refit de temps en temps des apparitions dans des films étrangers, comme ce rôle notable dans The Adventures of Baron Munchausen (Terry Gilliam, 1988) où elle se faisait chatouiller les pieds sur la lune ! Dans The House on Telegraph Hill, elle est pratiquement dans tous les plans. Victoria/Karin n’est pas une arriviste désirant mettre le grappin sur la fortune du fils de son amie morte, mais plutôt une femme qui, en changeant d’identité, espère débuter une nouvelle vie loin des traumatisants camps de concentration polonais. Malheureusement pour elle, sa vie aux Etats-Unis n’aura qu’une apparence idyllique. Comme dans Rebecca (Alfred Hitchcock, 1940), la nouvelle maîtresse de maison va se retrouver confrontée à une gouvernante revêche ne la voyant pas arriver d’un bon œil. Tiraillée par la culpabilité d’usurper l’identité de son amie, rivalisant avec Margaret pour capter l’affection de Chris, la pauvre Victoria/Karin va en plus réaliser que son époux n’est pas aussi idéal qu’elle l’imaginait.