Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

Michael Shayne Mysteries Vol. 1
MICHAEL SHAYNE MYSTERIES, VOLUME 1
D’Eugene Forde et Herbert I. Leeds
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Après avoir sorti à l’unité en septembre 2006 le DVD de Dressed to Kill, le studio Fox propose depuis mars 2007 de regrouper en un coffret quatre autres aventures du détective privé Michael Shayne : Michael Shayne : Private Detective, The Man Who Wouldn’t Die, Sleepers West et Blue, White and Perfect.



POINT DE VUE

Lloyd NolanAuteur de 90 livres, dont 50 ayant pour héros Michael Shayne, l’écrivain Brett Halliday (1904-1977), de son vrai nom Davis Dresser, eut l’idée de son personnage d’une façon inhabituelle. Un jour dans un bar de Tampico au Mexique, Halliday vit un homme roux siroter calmement son verre d’alcool, avant de se mêler à une bagarre. Quelques années plus tard, dans un bar de New Orleans, Halliday aperçut de nouveau le rouquin, soudain escorté vers la sortie par deux individus l’emmenant on ne sait où. De quoi faire travailler l’imagination de Halliday qui publia en 1939 la première aventure du détective privé Michael Shayne : Dividend on Death. La Twentieth Century Fox s’empressa d’adapter au cinéma les exploits de Shayne, en en confiant la mise en scène à deux réalisateurs habitués aux films policiers (ils ont d’ailleurs le point commun d’avoir dirigé des épisodes de la série Charlie Chan). Eugene Forde (1898-1986) dirigea Michael Shayne : Private Detective (1940), Sleepers West (1941) et Dressed to Kill (1941), tandis que Herbert I. Leeds (1900-1984) se chargea de Blue, White and Perfect (1942), The Man Who Wouldn’t Die (1942), Just Off Broadway (1942) et Time to Kill (1942). Très curieusement, de ces sept films à petit budget, seul Michael Shayne : Private Detective, le premier de la série, adapta une histoire originale de Brett Halliday. Par la suite, tout en conservant le héros inventé par Halliday, les scenarii s’inspirèrent d’autres auteurs, comme par exemple Raymond Chandler (1888-1959) pour Time to Kill.

Alors que Michael Shayne est dépeint par Brett Halliday dans ses livres comme un solide irlandais roux, Lloyd Nolan (1902-1985), l’acteur prêtant ses traits au détective à l’écran, ne ressemble pas au personnage des romans (Llloyd pourrait être décrit comme un croisement entre Hume Cronyn, José Ferrer et Whit Bissell). Mais Nolan arrive à donner une vraie présence au privé qu’il interprète, en adoptant une attitude assez détachée, en étant toujours conscient que tout ce qui arrive ne doit pas être pris trop au sérieux. Cela va d’ailleurs dans le sens du choix du studio d’édulcorer la violence des écrits de Halliday en privilégiant la comédie plutôt que l’aspect film noir. Après Lloyd Nolan, ce sera au tour de Hugh Beaumont (1909-1982) d’incarner Michael Shayne entre 1946-47, le temps de cinq longs-métrages, produits par les petits studios Producers Releasing Corporation, choisissant cette fois-ci d’adapter des histoires écrites par Brett Halliday. Populaire auprès du public américain, Shayne fit aussi l’objet de trois séries radiophoniques, diffusées entre 1944 et 1953.