Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

The World's Greatest Lover
DROLE DE SÉDUCTEUR
De Gene Wilder
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : Vers 1920, Adolph Zitz (Dom DeLuise), directeur des Studios de cinéma Rainbow organise une grande audition pour découvrir un acteur romantique susceptible de concurrencer Rudoplh Valentino, la star masculine de Paramount. Rudy Valentine (Gene Wilder), un pâtissier légèrement hystérique, décide de quitter le Milwaukee pour partir avec sa femme Annie (Carol Kane) à Hollywood, dans l’espoir de devenir le plus grand séducteur du septième art.



POINT DE VUE

Gene WilderAprès le succès de The Adventure of Sherlock Holmes’s Smartest Brother (1975), premier film réalisé par Gene Wilder, le producteur Alan Ladd Jr. Dit à Wilder de lui proposer n’importe quelle autre idée. Si le thème plaisait à Ladd Jr., il accepterait de produire le film. Alors que le scénario de son premier long-métrage inventait un frère au personnage imaginaire Sherlock Holmes, dans The World’s Greatest Lover, Gene Wilder crée un rival fictif à un acteur qui a réellement existé, sacré au temps du cinéma muet « le plus grand séducteur du monde » : Rudoplh Valentino (1895-1926). Connu pour ses rôles dans The Sheik (George Melford, 1921) et The Son of the Sheik (George Fitzmaurice, 1926), considéré en son temps comme une légende vivante, Rudolph Valentino faisait des ravages parmi le public féminin, mais ses préférences sentimentales dans la vie privée étaient plus ambiguës. De façon sympathique, Gene Wilder s’amuse à parodier une époque, à écornifler l’image du séducteur idéal de cinéma, sans jamais que la satire soit grinçante ou méchante.

Gene Wilder interprète Rudy Valentine, un modeste pâtissier qui désire changer de vie en devenant acteur. Malheureusement, il souffre de certaines tares qui font obstacle à son ambition : lorsque Rudy est nerveux, il se met à tirer la langue ou intervertir des syllabes ! Trop concentré par sa soif de succès, il ne se rend pas compte qu’il risque de perdre sa femme dont les rêves ne sont pas les mêmes. Eprise de Rudolph Valentino avec qui elle correspond par lettres, Annie (jouée par la charmante Carol Kane) veut quitter son mari pour les bras de la vedette du muet. Le film mêle davantage comédie et romance que The Adventure of Sherlock Holmes’s Smartest Brother en décrivant les efforts de Rudy pour reconquérir sa femme, avec l’aide inattendue de Rudolph Valentino en personne !

Carol Kane et Gene WilderL’absence de la folie douce procurée par le trio de choc composé par Madeline Kahn, Marty Feldman et Gene Wilder, dans le premier film dirigé par ce dernier, se fait hélas sentir dans The World’s Greatest Lover. Toutefois, certains passages sont particulièrement hilarants, notamment une scène dans un train où Rudy Valentine est contraint de s’humilier pour calmer un mari jaloux, ainsi que toutes les séquences d’audition d’acteurs. Dom DeLuise en dirigeant de studio tyrannique qui se défoule sur un pauvre barbier faisant office de souffre-douleur, n’a guère à envier au sadique Moriarty de The Adventure of Sherlock Holmes’s Smartest Brother. Comme son prédécesseur, The World’s Greatest Lover rencontra le succès et tous deux constituent le meilleur de Gene Wilder en tant que cinéaste. Ses autres œuvres furent moins intéressantes : un sketch dans Sunday Lovers (1980) racontant les aventures sentimentales d’un malade psychiatrique, The Woman in Red (1984) adaptant à l’américaine le film français Un Éléphant, ça trompe énormément (Yves Robert, 1976), et enfin la comédie horrifique Haunted Honeymoon (1986).






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD ZONE 1

Commentaire audio de Gene Wilder
Le commentaire audio de The World’s Greatest Lover ressemble comme deux gouttes d’eau à celui, assez décevant, de The Adventure of Sherlock Holmes’s Smartest Brother. Mélancolique, Gene Wilder décrit souvent ce qui se passe à l’écran ou pratique l’autocritique. Un autre participant aurait sûrement été utile pour « motiver » Wilder ou l’orienter par des questions pertinentes. Dommage.

Bande-annonce du film (durée : 2’10’’)

Bande-annonce de The Adventure of Sherlock Holmes’s Smartest Brother (durée : 2’49’’)

Bande-annonce de Silver Streak (durée : 3’08’’)

Bande-annonce de Young Frankenstein (durée : 2’40’’)

Un mot sur le doublage français
La version française est excellente parce que Gene Wilder est doublé par Serge Lhorca, comme dans Silver Streak (Arthur Hiller, 1976). Serge Lhorca est la meilleure voix française de Gene Wilder, reproduisant à merveille sa sensibilité autant que sa frénésie. Chose pénible, il est arrivé que dans plusieurs versions françaises de films avec Wilder, Serge Lhorca double un personnage secondaire alors que Wilder était doublé par un autre comédien ! C’est le cas dans Blazing Saddles (Mel Brooks, 1974) et Young Frankenstein (Mel Brooks, 1974). Carol Kane est doublée par Jeanine Forney qui a une voix très proche, tandis que Dom DeLuise, comme plus tard dans The Best Little Whorehouse in Texas (Colin Higgins, 1982) a la voix de Jacques Ferrière. Des sous-titres en anglais ou espagnol sont disponibles pour le film.



 


Titre original : The World’s Greatest Lover
Titre français : Drôle de séducteur
Réalisateur : Gene Wilder
Acteurs : Dom DeLuise, Fritz Feld, Carol Kane, Gene Wilder
Durée : 89’
Suppléments : commentaire audio, bandes-annonces
Zone : 1 (DVD américain)
Editeur : Twentieth Century Fox
Année du film : 1977
Format image : 1.33:1 (face B), 1.85:1 original respecté (face B), couleur
Langues : anglais, espagnol, français
Sous-titrage : anglais, espagnol
Son : Dolby Digital 2.0 Stéréo ou Dolby Digital 2.0 Mono

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir