Annuaire boutique
Librairie Lis-Voir
PriceMinister
Amazon
Fnac

 
     




 

 

 

 

The Keys of the Kingdom
LES CLÉS DU ROYAUME
De John M. Stahl
Par Pascal LAFFITTE

SYNOPSIS : A la fin du 19e siècle, le jeune prêtre Francis Chisholm (Gregory Peck) est envoyé en Chine pour établir une paroisse catholique. Sa foi se fortifiera à chaque difficulté rencontrée, comme l’hostilité des non-croyants ou celle de la mère supérieure (Rose Stradner), chargée de l’assister sans grand enthousiasme.



POINT DE VUE

Gregory PeckAdaptation d’un roman d’A.J. Cronin réalisée par John M. Stahl, qui dirigera un an plus tard le tragique Leave Her to Heaven (1945), The Keys of the Kingdom se rapproche par ses thèmes religieux de films produits à la même époque comme The Song of Bernadette (Henry King, 1943) et Going my Way (1944). Après dix ans passés comme producteur et scénariste à la MGM, Joseph L. Mankiewicz passe à la Fox. Le film de Stahl est le premier travail de Mankiewicz pour ce studio comme producteur et scénariste, mais aussi la dernière apparition à l’écran de son épouse d’alors, Rose Stradner, dans le rôle de la revêche Mère Supérieure Maria-Veronica. Mais surtout, The Keys of the Kingdom propulsera Gregory Peck vers la célébrité, alors qu’il n’en était qu’à son deuxième film après Days of Glory (Jacques Tourneur, 1944). A 28 ans, l’acteur venu du théâtre impressionne réellement par son talent à jouer avec la même crédibilité un personnage devant traverser plusieurs décennies.

Construite en flash-back, l’histoire s’étale de 1878 à 1938, de l’Angleterre à la Chine, et retrace la vie d’un prêtre exemplaire par sa sincérité, ainsi que par son ouverture d’esprit à l’égard des autres, croyants ou pas. The Keys of the Kingdom séduit par les nombreuses péripéties qui jalonnent le quotidien de cet homme de Dieu, comme la construction de sa paroisse ex nihilo, la confiance gagnée à l’égard des Chinois, les rapports distants entre le Père Chisholm et la Mère Supérieure, ou l’arrivée de la guerre remettant en cause les progrès acquis.

Thomas Mitchell et Gregory PeckIl s’agit aussi d’une intéressante étude de caractères qui ne sont pas réduits à n’être que de simples silhouettes sans consistance. Le Père Chisholm à l’humilité sincère, la Mère Supérieure dont la souffrance intérieure explique la froideur, le Docteur Willie Tulloch (Thomas Mitchell), le meilleur ami de Chisholm, ayant la particularité d’être athée mais apprécié tel quel, l’Evêque Angus Mealey (Vincent Price), pompeux, plein de préjugés envers le Chinois et plus intéressé par l’apparat que par les remèdes aux misères du monde, et enfin le fidèle Joseph (Benson Fong), le jeune Chinois converti, entièrement consacré à aider Chisholm dans sa mission. Tous ont le mérite de ne jamais transformer ce long-métrage en un spectacle rébarbatif ou prosélyte à la gloire de la foi religieuse. On peut même déceler dans les propos du Major Shon (Richard Loo) que va voir Chisholm, le cynisme qui sera la marque de fabrique des dialogues des films réalisés par la suite par Mankiewicz.






SUPPLÉMENTS DE L’ÉDITION DVD ZONE 1

Commentaire audio réunissant le biographe Kenneth Geist et Christopher Mankiewicz, fils du cineaste Jospeh L. Mankiewicz et de l’actrice Rose Stradner.
Il était déjà possible d’entendre Kenneth Geist sur les commentaires audio des DVD de The Ghost and Mrs. Muir (1947), A Letter to Three Wives (1949), All About Eve (1950), et Christopher Mankiewicz sur les deux derniers cités. Manifestement, les deux intervenants ont enregistré séparément leurs interventions. Avec ses nombreux temps de pause, le commentaire n’est pas l’un des meilleurs de la collection Studio Classics de la Fox. Il contient cependant des informations de valeur sur le film. Kenneth Geist nous apprend que pour le scénario, Joseph L. Mankiewicz remania le travail préalable de Nunnally Johnson, comme lui un producteur-scénariste passé ensuite à la réalisation. A l’origine, Ingrid Bergman devait interpréter le rôle finalement tenu par Rose Stradner. Selon le biographe, l’ancienne épouse de Mankiewicz lui aurait inspiré le personnage de l’actrice vieillissante jouée par la gorgone Bette Davis dans All About Eve (1950).

Bande-annonce de The Keys of the Kingdom (durée : 3’18’’)
Il semble bien que la voix suave faisant le commentaire de cette bande-annonce n’est autre que celle de George Sanders qui joua dans deux grands films de Joseph Louis Mankiewicz : The Ghost and Mrs. Muir (1947) et All About Eve (1950).

Bandes-annonces de films édités en DVD par la Fox, dans lesquels joue Gregory Peck :
The Bravados (durée : 2’19’’)
David and Bathsheba (durée : 2’41’’)
Gentleman’s Agreement (durée : 2’59’’)
The Man in the Gray Flannel Suit (durée : 1’56’’)
The Omen (durée : 2’13’’)
Twelve O’Clock High (durée : 2’04’’)
Yellow Sky (durée : 1’38’’)

Un mot sur le doublage français
La version française d’époque possède un charme désuet. Comme souvent dans les années 40 et 50, Gregory Peck est doublé par Marc Valbel (1907-1960), à la diction assez théâtrale.



 


Titre original : The Keys of the Kingdom
Titre français : Les Clés du royaume
Réalisateur : John M. Stahl
Acteurs : Thomas Mitchell, Gregory Peck, Vincent Price, Rose Stradner
Durée : 136’52’’
Suppléments : commentaire audio, bandes-annonces
Zone : 1 (DVD américain)
Editeur : Twentieth Century Fox
Année du film : 1944
Format image : 1.33:1 original respecté, noir et blanc
Langues : anglais, espagnol, français
Sous-titrage : anglais, espagnol
Son : Dolby Digital Stéréo 2.0, Dolby Digital Mono 2.0

Acheter ce livre ou DVD sur le site : Fnac
Acheter ce livre ou DVD sur le site : PriceMinister
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Amazon
Acheter ce livre ou DVD sur le site : Librairie Lis-Voir